Root » Serveurs » Chauffage » Technique » Inertie thermique
Chauffage (central)
l'inertie thermique d'une maison
Chauffage
-

-

Une maison a une certaine inertie thermique, qui fait que la maison ne devient pas directement chaude. Les habitants sont alors tentés de laisser fonctionner le chauffage pendant toute la journée, même quand ils ne sont pas là pour éviter la sensation de "maison froide".

C'est un mythe qui a la vie dure qui dit qu'il vaut mieux laisser brûler le chauffage continuellement (même quand on n'est pas là).

C'est un mythe qui a la vie dure, et pourtant il est facile à démolir. Supposons une maison non-utilisée pendant un mois d'hiver: seleon le mythe, il vaudrait mieux laisser fonctionner le chauffage continuellement. Cela est évidemment totalement faux!

Déjà à partir d'une heure d'arrêt, l'économie se fait sentir. En effet, quand on ne chauffe pas, ben, il n'y a pas de consommation. Le problème vient du fait que les habitants qui entrent dans une maison relativement froide on tendance à chauffer plus fort pour réduire la sensation de froid. Et dès qu'on a chaud, on ne pense plus à réduire le chauffage.

La solution est toute simple: allumer le chauffage environ 30 minutes avant son arrivée (et ne pas faire fonctionner le chauffage plus fort que normalement). La durée du préchauffage dépend évidemment de la température extérieure: plus il fait froid, et plus il faut du temps pour réchauffer la maison.

Même si la température désirée n'est pas encore atteinte (ce n'est d'ailleurs pas nécessaire), on n'aura pas froid parce qu'on vient d'un endroit plus froid. Même si la température n'a pas atteint les 18°, on n'aura pas froid parce qu'on est actif: déballer les commissions, préparer le repas,...

Ce n'est que dans les grands batiments (écoles, bureaux,...) que l'économie ne se fait sentir que si on peut stopper le chauffage pendant plus de 4 heures. Pour une maison individuelle, l'économie commence à jouer dès qu'on peut arrêter le chauffage pendant plus d'une heure.

Par grand froid

Quand il fait vraiment très froid, on peut évidemment augmenter le temps de préchauffage, mais le but ici non plus n'est pas d'avoir une maison à la température exacte. Quand il gèle, on recommande de faire fonctionner le chauffage à puissance minimale pour éviter les conduites gelées.

Dans une maison habitée, on recommande de ne pas laisser descendre la température à moins de 10 à 12°. En dessous de cette valeur, l'humidité ambiante (toujours présente dans une maison habitée) a tendance à se condenser sur les murs, ce qui peut produire des moissisures, des papiers peints qui se décollent, etc. Si le thermostat général est réglé sur cette valeur en cas d'absence, il empèchera également les canalisations de geler.

Différents éléments d'inertie thermique

Quand on allume le chauffage central, il faut d'abord chauffer l'eau. Il y a des centaines de litres dans l'installation d'une maison individuelle: c'est comme si chaque fois on prenait deux ou trois bains. Quand le bruleur fonctionne, c'est tout d'abord pour chauffer l'eau. Ce n'est qu'au bout de 10 minutes que l'eau est assez chaude pour transmettre sa chaleur.

Ne laissez pas se perdre cette énergie chaque jour: faites que le bruleur ne s'enclenche plus les 20 dernières minutes avant de quitter la maison. Le circulateur fera circuler l'eau qui donnera sa dernière chaleur à la maison. Quand la maison a été chauffée toute la nuit, on ne remarque pas qu'il n'y a plus d'apport de chaleur pendant les 20 dernières minutes.


Les murs d'une maison se compose de murs extérieurs, d'une couche d'isolant et de murs intérieurs.
Plus les murs intérieurs sont épais, et plus l'inertie thermique de la maison est importante.
L'énergie thermique est également accumulée dans les murs intérieurs. Plus ceux-ci sont épais, et plus l'accumulation de chaleur est importante. La masse thermique très importante de ces murs intérieurs fait que la maison chauffe et refroidit très lentement. Les personnes qui vont dans une seconde résidence pour le week-end ont toujours froid la première nuit à cause de la sensation de froid produite par les murs froids.

Il vaut mieux utiliser une minuterie pour allumer le chauffage quelques heures avant l'arrivée que d'essayer de compenser la sensation de froid en chauffant plus. Les murs ne vont pas absorber plus rapidement la chaleur, et la sensation de froid persistera, bien que la température souhaitée soit atteinte.

Les locaux qui ne sont occupés que sporadiquement doivent en principe avoir des murs intérieurs très fins (avec des murs externes plus gros et un bon isolant). Les murs intérieurs très fins (des plaques de gypse ou des planchettes font l'affaire) permettent de chauffer rapidement le local.

L'inertie thermique de l'air est pratiquement nulle. Une soufflerie à air chaud permet de chauffer 100m cubes d'air en une minute (augmentation de la température de 10°). Malheureusement, cette température retombe tout aussi vite au contact avec les murs et les différents objets dans la pièce. Les murs en bois (planchettes) ou les plaques de gypse sont idéaux, car ils chauffent rapidement.

Un autre effet de la faible inertie thermique de l'air: on peut refroidir un surgélateur vide à -18° en moins de 30 minutes, mais il n'est pas possible de congeler plus de 10kg par 24 heures.

Sensation de froid

Les dépertitions de chaleur sont produites à 50% par le rayonnement. Tout corps rayonne de la chaleur, donc également le corps humain. Quand les murs sont encore froids, ils absorbent ce rayonnement, et on a une sensation de froid (même si le thermostat indique que la température voulue est atteinte).

Le chauffage de très gros batiments (comme les écoles, les grands bureaux) doivent tenir compte des caractéristiques des batiments. Après une semaine de ferméture (congés de noël et nouvel an), il est recommandé d'allumer le chauffage non pas quelques heures à l'avance (comme tous les lundis), mais au moins 6 heures à l'avance.

Links to relevant pages - Liens vers d'autres pages au contenu similaire - Links naar gelijkaardige pagina's