Root » Serveurs » Photoreportages » Pays Bas » Seconde guerre mondiale » Musée de la libération à Nieuwdorp
Photographie - pays Bas
Musée de la libération
Nederland
-

-

Je me suis interessé à la seconde guerre mondiale via mes promenades dans le Nord de la France. Cette région est remplie de bunkers, et certains ont même été transformés en musées. Il s'agit souvent d'initiatives privées, mais cela ne signifie pas que ces musées soient sans valeur, au contraire. Chaque musée donne une vision particulière de la seconde guerre mondiale.

En Belgique, nous avons surtout le musée du Mur de l'Atlantique à Raverside, dont les bunkers sont restés parce que le Prince-Régent s'est interposé quand il était question de dynamiter ces restants de la présence allemande. Les batteries Halve Maan et Hundius à l'est du port d'Ostende restent également: il s'agissait d'un terrain militaire et la marine belge a continué à les utiliser. Un autre site important est le Préventorium Marin, qui est un terrain privé. Tous les autres bunkers dans les dunes ont été démolis.

Les Pays Bas ont un musée de la seconde guerre mondiale, consacré principalement à la libération. Alors que les Allemands ont envahi tout les Pays Bas en 5 jours, la libération a mis bien plus de temps. En fait, les allemands étaient présents aux Pays Bas jusqu'aux derniers jours de la guerre.

Le musée de la libération est établi à Nieuwdorp, un village qui a été bati sur des terres gagnées sur la mer. Walcheren était en effet une ile du temps de la guerre.

La libération du Nord de la France et de la Belgique s'est déroulé rapidement: en moins d'une semaine, pratiquement toute la Belgique était libérée. L'ile de Walcheren (et la Flandre Zeelandaise) sont par contre restées allemande jusqu'au début de novembre 1944. Les allemands avaient de nombreux bunkers equipé d'artillerie et controllaient la circulation des navires dans l'Escaut Occidental. Les nombreuses mines que les allemands ont déposé dans l'Escaut Occidental n'ont été enlevées qu'après la libération de Walcheren. La voie fluviale n'était disponible que fin novembre 1944.

Malgré la libération, la situation était encore très critique pour les populations: toute la région était sous eau et les habitants devaient se réfugier dans les bunkers, faute de mieux. C'est peu dire tant la situation des populations locales était désastreuse. La situation était encore pire dans le Nord (non libéré) qui a souffert d'un hiver particulièrement rigoureux et d'une famine incroyable (hongerwinter). L'apport de charbon des mines de Campine était devenu impossible, la ligne de front séparant les deux régions.

Le musée est relativement petit, mais les responsables ont des plans d'avenir, notament établir une reconstruction de la bataille sur un terrain de 3 hectares, avec un vrai pont Bailey. Un point négatif de ces musées est le manque de contact physique avec les éléments du passé: je préfère de loin les musées qui sont établis dans des constructions d'époque (bunkers).

Les textes sont anglais/néerlandais. le musée dispose d'une cantine pour les visisteurs.

Links to relevant pages - Liens vers d'autres pages au contenu similaire - Links naar gelijkaardige pagina's