Root » Serveurs » Photoreportages » Pays Bas » Breskens à Zoutelande
Photographie - Pays Bas
De Breskens à Zoutelande
Nederland

Une promenade que j'avais envie de faire depuis bien longtemps: une marche de Breskens à Zoutelande.

Walcheren et la Flandre Zeelandaise
pendant la seconde guerre mondiale

Il est difficile de se rendre compte que la seconde guerre mondiale a fait d'énormes ravages dans la région. Les combats étaient extrèmement meurtriers et chaque mètre de gagné a fait de nombreuses victimes. La libération de l'Escaut Occidental était très importante pour assurer l'apport de matériel au front et les alliés avaient absolument besoin d'un port au centre de l'Europe.

Les combats ont fait tant de victimes que les alliés ont décidé de ne pas libérer le reste des Pays, Bas, mais de se diriger directement vers Berlin.

Zoutelande était une base fortifiée et les canons pouvaient tirer sur les navires dans l'Escaut. Les canons étaient placés dans des casemates à l'intérieur des terres et la conduite de tir se faisait à partir de bunkers dans les dunes. L'artillerie lourde placée à Cadzand, Breskens et Vlissingen empèchait toute navigation dans l'Escaut. Pour éviter une attaque par l'intérieur des terres, des fortifications diverses ont été construites dans l'intérieur du pays: tranchées et dents en béton anti-chars.

L'invasion de l'Ile de Walcheren a eu lieu par plusieurs fronts à la fois, dont une invasion per la mer près de Zoutelande. Pour bloquer les troupes allemandes sur place, toutes les digues ont été bombardées, transformant toute la région en un bourbier d'eau saumatre. Zoutelande (littéralement: Pays salé) n'a pas volé son nom: les terres seront sous eau pendant encore plus d'une année!

Plus d'informations sur la Guerre aux Pays Bas

Je pars samedi matin dès 7 heures. Il y avait déja pas mal de monde au terminal du bus maritime à Breskens, pour la plupart des cyclistes. Il est très facile de parquer sa voiture à Breskens. De l'autre coté à Vlissingen, c'est pratiquement impossible.

Il y a une navette par heure le week-end, mais si nécessaire on met le second bus en service s'il y a forte affluence. La navette te dépose à la gare ferroviaire: c'est l'idéal pour prendre le train, mais il te faut parcourrir plus de deux kilomètres pour arriver au centre historique de la ville. Le bus (arrêt de l'autre coté des écluses) coûte 2€ par personne et par voyage.

Depuis le creusement du tunnel sous l'Escaut Occidental, il n'y a plus de possibilité de faire la navette avec sa voiture. L'ancien terminal de Breskens est desaffecté à coté du nouveau terminal pour le bus maritime.

L'industrie portuaire de Vlissingen est situé plus à l'Est (tu passe à coté des terrains industriels si tu viens par le tunnel). Il s'agit de terrains gagnés sur la mer, cette région était à l'origine un bras de mer (la Sloe) qui faisait de Walcheren une ïle. La longueur de la cote a ainsi été raccourcie, ce qui est très favorable en cas de tempètes. La plus grande partie de Walcheren est située sous le niveau de la mer et c'est grâce aux digues que la région n'est pas innondée.

La première chose que tu vois à Vlissingen est le batiment d'Imtech. Je connais l'entreprise par le biais de Van Rietschoten en Houwens, une entreprise d'électronique. Imtech est issu de la fusion de nombreuses entreprises diverses, mais la fusion a créé un monstre incontrolable. On parle de pots de vin, de pratiques frauduleuses, de fausses factures. Le cours en bourse de l'entreprise est au plus bas et Imtech doit faire appel aux banques pour éviter la faillite. C'est la suite de la globalisation à outrance. Il n'est malheureusement pas possible de faire marche-arrière: si une division est vendue, elle est rachetée par un groupe encore plus grand.

Et nous sommes partis! Pour commencer, il y a une belle trotte du terminal jusqu'au centre historique de la ville (pour la plage, pas besoin d'aller à Vlissingen). La ville ne ressemble pas à une ville cotière belge, avec des immeubles gris et tristes le long de la digue. Pas de boutiques des fringues non plus, tout au plus quelques petits restaurants sur la digue. Mais la rue derrière la digue est toute aussi laide que la route derrière les appartements entre Middelkerke et Westende.

Un arrêt à chaque pavillon de plage pour déguster la tarte aux pommes locale (préparée sur place dans chaque pavillon). Les pavillons sont agréables, ils ne ressembrent aucunement à la baraque qu'on trouve au Vosseslag, on dirait un bidonville sur la plage. Kon Tiki est mon pavillon préféré “Life is better in flip flops”, mais tous ont du charme.

C'est grâce au flair commercial de la nouvelle direction de la brasserie Liefmans que les Néerlandais ont découvert la Kriek (le garçon croyait qu'il s'agissait d'une bière locale!). Ils ont encore beaucoup à apprendre: Rodenbach, Geuze, Hoegaarden, Leffe...

Il y a des chemins en dur dans les dunes du coté de la mer, mais également des chemins piétonniers et pour cyclistes derrière les dunes. Tout est propre (même au milieu de la saison touristique). Les dunes sont protégées par une cloture, mais personne ne songe à les franchir. En France, on fait des expériences similaires, mais les clotures sont vandalisées au bout de quelques semaines. Aux Pays Bas, on pourrait instaurer des sens uniques sur les chemins piétonniers, et tout le monde trouverait cela normal.

Il y a peu de problèmes avec les cyclo-terroristes alors que le bus en était rempli. Ils ne prennent pas les petites routes qui serpentent le long des dunes, mais préfèrent les longues routes droites où il peuvent faire de la vitesse. Pour eux, c'est le kilométraqe qui compte avant tout.

La marche de Vlissingen à Zoutelande a pris plus de 4 heures (en comptant les nombreux arrêts le long des pavillons). Mais en fin de comte je n'étais pas fatigué, car j'ai marché sous l'ombrage des arbres quand il faisait trop chaud.

La Belgique qui n'a que 65km de côtes est vraiment mal en point en comparaison des Pays Bas et même de la France. Il y a trop d'appartements le long de la côte. Et que construit-on à l'est du port d'Ostende (l'ancien port industriel)? Encore des buildings à appartements! Que font les habitants de ces appartements? Tous vont travailler à Bruges ou à Zeebruges, car à Ostende il n'y a strictement rien.

Les cabines sur la plage ont tout le confort et disposent d'eau courante et d'électricité. C'est cela que les promoteurs auraient du construire, pas des appartements! Pratiquement tout le zoning induxtriel (de l'ancien hôpital militaire jusqu'au port) est transformé en lotissements.

Et puis je suis de retour en Flandre Zélandaise. Une route toute droite où il est interdit de dépasser (et la vitesse y est limitée à du 80km/h). Il s'agit d'une route prioritaire sans passages pour piétons et pratiquement sans carrefours. Mais il y a une seconde route parallèle pour le trafic lent: cyclistes, tracteurs et circulation locale. On essaie de faire la même chose en Belgique, mais sans la voie secondaire: le résultat est que la vitesse tombe à du 10 à l'heure dès qu'il y a un tracteur ou un groupe de cyclistes sur la route.

Il y a une photo prise avec une optique catadioptrique (comparez les photos 24 et 25 prise avec une optique normale à 105mm (télé) et 500mm (optique catadioptrique). Cette optique qui a une focale plus longue que mon optique normale est en fait plus petite et pèse moins grâce à l'utilisation de deux miroirs.

Links to relevant pages - Liens vers d'autres pages au contenu similaire - Links naar gelijkaardige pagina's