Root » Serveurs » Photoreportages » Guerres » Musée de la guerre froide
Musée Kemmel:
Le musée de la guerre froide
Photographie

La description du bunker de commandement du Mont Kemmel se trouve ici.

En 1995, le bunker perd sa fonction militaire et est transformé en musée (ouvert au public dès 2009).

Le musée de la guerre froide

Le bunker a été remis au jour des années 1950. Je suis sûr que pendant les exercices jusqu'en 1995, on a utilisé du matériel plus perfectionné (le seul avantage des tubes, c'est qu'ils sont moins sensibles à l'impulsion électromagnétique d'une bombe atomique).

Le bunker a été transformé en musée, mais pas en musée classique avec des armoires et des trucs dedans. Le musée, c'est le bunker même, avec ses installations, ses cablages, ses bureaux et appareils d'origine... Il y a évidemment des panneaux explicatifs et des parties d'exposition, mais les responsables ont eu raison de limiter le nombre d'armoires d'exposition, et ne les ont pas rempli avec toutes sortes de bricoles, pour le seul but de pouvoir montrer une armoire bien pleine.

Pour moi un musée, c'est plus qu'une salle où on expose des trucs historiques. Le batiment joue un rôle important, et ici c'est vraiment le cas. L'athmosphère est bien reconstituée et on s'attend toujours à voir un groupe de soldats sortir d'une des salles. C'est comme si les militaires étaient partis le 31 décembre 1959 et pouvaient revenir d'un moment à l'autre!

Il y a de nombreux musées consacrés à la seconde guerre mondiale (surtout dans le Nord de la France), mais ce poste de commandement est un des premiers musées consacrés à la guerre froide. On voit des armes d'époque, comme des pièces d'artillerie qui peuvent percer un blindage de 300mm à 2km de distance.

La troisième guerre mondiale

Après la visite, j'ai encore discuté avec les militaires qui gardaient le domaine. Une troisième guerre mondiale, heureusement qu'elle n'a pas (encore) eu lieu. Nous serions replongés dans le moyen-age! On l'oublie un peu trop vite, mais après la seconde guerre mondiale, il a fallu près de 10 ans pour reconstruire le paye: réparer les routes et les ports, dégager les voies navigables, reconstruire les gares, les batiments publics et les hôpitaux...

Avant la seconde guerre mondiale, les belges se chauffaient au charbon et cuisinaient au pétrole (mes parents avaient encore une cuisinière au pétrole). Les belges ont assez bien survécu aux rigueurs de l'occupation car ils n'étaient pas dépendant de l'électricité.

Pour vaincre l'Europe, il suffit de lancer quelques bombes sur les centrales électriques et tout les pays est à l'arrêt. Plus de chauffage (même le chauffage au gaz a besoin d'électricité), plus de magasins (les caisses électroniques ne fonctionnent pas sans electricité et personne n'a gardé une caisse enregistreuse mécanique), plus d'industrie, plus de commerce, plus de téléphone, plus de police et toute la nourriture dans le surgélateur qui est avariée. Les écluses ne fonctionnent plus, les trains ne roulent plus, et au bout d'une semaine il n'y a plus d'essence car les raffineries n'ont pas de groupes électrogènes. Il y a 199 différentes poudres à laver dans les magasins, mais en cas de conflit, il n'y aura plus d'électricité pour faire tourner la machine à laver... Même les moulins à poivre sont maintenant équipés d'un moteur!

Nous serions dépassés par l'Afrique, car nous sommes trop dépendant de la civilisation. En Afrique, on sait faire à manger sans cuisinière électrique, laver le linge sans machine à laver. Les Africains cousent et réparent eux-même leurs vêtements, savent travailler les champs et gardent des animaux pour le lait et la viande.

Comment visiter

Pour pouvoir visiter, il faut réserver à l'avance au centre touristique de Kemmel (le musée est ouvert le mardi et le samedi et le nombre de visiteurs est limité). Le prix de la visite est vraiment très bas.

N'oubliez pas d'acheter le petit livre au bureau du tourisme. Ce livre indique les fonctions des différentes salles (sur la porte, il n'y a qu'un code). Le livre est vraiment très instructif et explique avec des mots simples le fonctionnement de la base. On y apprend toutes sortes de choses: pourquoi il y avait des antennes de réception mais pas d'émission, comment les documents étaient acheminés, les espions, à quoi servent les rideaux rouges,...

Le musée est entretenu par des militaires. Il y a toujours des soldats au poste de garde. Le musée royal de l'armée et de l'histoire militaire a vraiment fait un très beau travail. De Crem peut se féliciter! (ce qu'il ne va pas manquer de faire, j'en suis sûr).

La région très vallonée est souvent le décors de courses cyclistes et le rallye d'Ypres passe dans le coin. Après avoir visité le musée, faites un tour dans la région!

Links to relevant pages - Liens vers d'autres pages au contenu similaire - Links naar gelijkaardige pagina's