Root » Serveurs » Photoreportages » Guerres » Electronique » Klein-Heidelberg
Technologie
Radar Klein-Heidelberg
Guerre

Le radar "Klein-Heidelberg" (K-H) aussi connu sous le nom de Heidelberg Parasit était le premier vrai radar bistatique, c'est à dire un radar qui utilise le signal d'un autre émetteur pour détecter les cibles.
-

-

Le système de radar anglais Chain Home a été développé juste avant la seconde guerre mondiale. Il était rudimentaire, mais c'était ce que les anglais pouvaient réaliser avec les technologies de l'époque. Il était tellement dépassé que les allemands, qui mesuraient le signal de tous les émetteurs anglais, ne se sont pas rendus compte qu'il s'agissait d'un radar, leur technologie étant beaucoup plus avancée. Mais une fois qu'ils ont su qu'il s'agissait d'un radar anglais à longue distance, ils l'ont utilisé à leur profit, sans que les anglais ne s'en rendent compte.


Image 1
Les allemands avaient 6 stations d'écoute Klein-Heidelberg, allant de la France aux Pays Bas.


Bremse était situé à Ostende (Halve Maan) et ne pouvait plus être utilisé par les allemands à partir de septembre 1944 à cause de la reconquète alliée. Biber, situé à Oostvorne a continué de fonctionner jusqu'à la fin de la guerre.

Les anglais n'étaient absolument pas au courant que le signal de leur radars était utilisé par l'ennemi. Ce n'est qu'en déchiffrant les messages Enigma que le texte "Heidelberg Parasit" leur à mis la puce à l'oreille. Mais c'est surtout la présence d'antennes inexpliquées sur les territoires reconquis (qui n'avaient que des récepteurs et pas d'émetteurs) qui a signalé l'existance de ce type de radar. Les antennes étaient placées à l'arrière d'une antenne de radar Wasserman non utilisée pour ne pas attirer l'attention.

Nous ne disposons pas de rapports allemands signalant l'efficacité de ces radars, mais quand les radars sont tombés aux mains des alliés, des tests ont été effectués qui ont démontré l'efficacité du système de radar passif. La portée était même supérieure au radar Chain Home original!


Image 2
Le radar Chain Home envoie une impulsion toutes les 40ms. Le parasite recoit aussi bien l'impulsion de l'émetteur que l'écho de la cible (target).


Les allemands ont utilisé l'écho du radar anglais pour localiser les avions alliés. Les radars Chain Home envoient l'impulsion sur un rayon très large et tout ce qui s'y trouve est frappé par le rayon et produit un écho. Ce système passif avait une portée effective de 400km et fonctionnait sans se faire remarquer. Les allemands pouvaient ainsi déterminer quand des avions anglais prenaient leur vol grâce au radar anglais, alors que leur propre radar était brouillé par des languettes métalliques. Ces languettes n'avaient aucun effet sur la fréquence très basse du radar anglais.


Image 3
Klein-Heidelberg utilise l'écran du radar Würzburg.


Le radar bistatique Klein-Heidelberg (K-H) utilise le même écran cathodique (écran d'oscilloscope) que le radar Würzburg, avec la même graduation. La graduation n'indique cependant pas la distance jusqu'à la cible, mais une des 40 ellipses à utiliser. La station de radar dispose de cartes reprenant les ellipses.

Pour déterminer la distance des avions, il faut que le récepteur allemand soit synchronisé avec l'impulsion du radar anglais. Ce n'était pas un problème, les anglais utilisaient une fréquence de répétition très basse (PRF: Pulse Repetition Frequency). De plus, tous les émetteurs de radar anglais étaient synchronisés au réseau électrique pour éviter les interférences d'un radar sur l'autre. La fréquence utilisée étant relativement basse, la détermination de l'azimut (direction de l'avion) était approximative.

Le récepteur utilisait deux oscillateurs pour se synchroniser au radar anglais: un oscillateur de 25Hz (fréquence de répétition des impulsions) et un oscillateur à 500Hz pour commander le balayage de l'oscilloscope de lecture. Avec une fréquence de 500Hz (= 2ms), le radar avait une portée théorique de 600km (distance combinée, voir plus bas).


Image 4
Quand on a le numéro de l'ellipse (fourni par l'image sur l'oscilloscope) et l'azimut, on peut déterminer la position de l'avion sur l'ellipse.


Supposons que le parasite utilise l'émetteur de Dover ("CH"). Le récepteur est synchronisé par l'impulsion directe (distance L). Au bout d'un temps, l'impulsion réfléchie est également reçue, mais le temps n'indique pas la distance jusqu'à la cible, mais la distance combinée Rf + Rs - L. La cible doit nécessairement se trouver sur une ellipse avec points focaux à Dover et Oostvorne ("KH").


Image 5
Deux ellipses (temps Rt + Rs différents) quand on utilise le radar de Dover.


Le radar permet une indication de l'azimut, mais la fréquence utilisée ne permet pas une mesure précise. En utilisant un autre émetteur à la place de Dover on obtient une nouvelle mesure dont les ellipses sont formées différemment. La cible doit se trouver au point de croisement des deux ellipses.

Les anglais ont évalué le système après la seconde guerre mondiale et étaient vraiment impressionnés par l'ingénuosité du système. Ils ont fait venir les équipes d'opérateurs sur place pour interpréter les résultats du radar. Pendant ce temps, une escadrille d'avions volaient au dessus de l'Angleterre selon un plan de vol bien précis. La course mesurée par les allemands correspondait bien à la course des avions. Et le comble, c'est que le système allemand avait une portée bien plus grande que le système anglais sur lequel il était basé.

C'est vraiment la guerre secrète qui se joue ici: les allemands ne savaient pas que leurs messages crypés Enigma étaient décodés dans les heures qui suivaient, tandis que les anglais n'étaient pas au courant que les allemands utilisaient leur propre système de radar. Mais tandis que le déchiffrage d'Enigma a joué un grand rôle dans le déroulement de la guerre, cela n'a pas été le cas avec Klein-Heidelberg.

Heidelgerg Parasit était la première application du radar bistatique et radar multistatique qui utilise des émetteurs séparés des récepteurs. C'est le seul type de radar qui peut détecter et localiser les avions et navires Stealth (avions 'invisibles').

Il est à noter que les tout premiers radars étaient nécessairement bistatiques, parce que le commutateur émission/réception (duplexeur) n'avait pas encore été développé. La forte impulsion de l'émetteur aurait directement grillé le récepteur ultra sensible sans un tel commutateur. L'antenne de réception du radar Chain Home se trouve a un peu plus de cent mètres de l'antenne d'émission.

Links to relevant pages - Liens vers d'autres pages au contenu similaire - Links naar gelijkaardige pagina's