Root » Serveurs » Photoreportages » Guerres » Breendonk
Fort de Breendonk
Camp de concentration en Belgique
Guerre mondiale


Vous qui entrez ici, perdez tout espoir d'en sortir vivant...


Le bunker: l'ancienne soute à munitions transformée en chambre de torture


Les tortionnaires, aidés par de nombreux SS belges

En visitant cette partie du site, oOn pourrait croire que la guerre, c'est surtout affaire de technique, avec le développement rapide du radar par les allemands, du magnétron par les anglais et américains, le Hellschreiber, etc. Mais on oublie un peu trop rapidement que ce qui est caractéristique pour une guerre, c'est le nombre de morts et de blessés.

Chez les allemands, il y avait en plus cette folie meurtrière de déporter et d'externiner les juifs. Les SS n'étaient pas des soldats ordinaires, mais de vulgaires criminels pour qui l'uniforme leur permettait de commetre les pires crimes. Il n'y avait pas d'équivalent du coté allié (peut être chez les russes, je ne suis pas allé voir).

Le fort de Breendonk était à l'origine un fort de l'armée belge, construit pour protéger Anvers avant la première guerre mondiale. Le fort a tenu le coup face à l'invasion allemande (de roi Albert y a séjourné quelques semaines avant de se rendre derrière l'Yzer).

Le fort était de conception dépassée dès le début de la guerre. les canons avaient une portée insuffisante, le camp était trop petit pour héberger suffisamment de soldats, etc. Les allemands pouvaient bombarder le fort, mais la portée des canons belges était trop limitée et ils ne pouvaient atteindre les canons allemands.

Le fort a également été utilisé par les belges au début de la seconde guerre mondiale. Léopold III a également séjourné ici. Mais l'invasion allemande était si rapide que le fort n'a en pratique servi à rien.

A l'occupation de la Belgique par les troupes allemandes, le camp est transformé en prison. Contrairement à la caserne Dossin, cette prison n'est pas spécifiquement destinée aux juifs. On y trouve évidemment aussi des juifs, mais ils seront centralisés sur Dossin une fois que la caserne devient opérationelle. Au fort de Breendonk, on trouve un peu de tout: des criminels ordinaires, des contrebandiers, des communistes, des prisonniers politiques et des résistants. On y entasse aussi des otages pris dans la population locale après des attaques des résistants contre les forces d'occupation.

Il y avait aussi des juifs, environ un prisonnier sur sept était juif), mais après la mise en service de la caserne Dossin, le fort ne servait que de transit. La caserne dispose en effet d'une voie ferrée vers l'Allemagne.

La vie était extrèmement dure au camp. Il y avait une salle de torture utilisée par les SS. Après interrogatoire, les prisonniers étaient tués, personne ne pouvait savoir ce qui se passait au camp.

Les prisonniers dormaient dans des dortoirs surpeupés, les conditions de vie n'étaient pas meilleures que celles des camps de concentrations plus connus. La nourriture était limitée à 250 grammes de pain par jour, un peu de soupe et un erzats de café. Les prisonniers devaient accomplir un travail manuel épuissant, notament déplacer la terre qui entourait le fort.

Les prisonniers étaient gardés par quelques soldats de la Wehrmacht qui étaient trop agés pour se battre au front et par les SS. Les SS flamands étaient particulièrement odieux.


Un pont Bailey installé par les alliés après la libération

Le fort reprend immédiatement du service après la libération. Pendant plus d'un mois, le fort sera au mains des résistants qui y emprisonnent les collaborateurs, supposés ou vrai. Il s'agit également des collaborateurs pour raison économique (souvent ils ne pouvaient pas faire autrement). Le régime est aussi dur que sous le joug des allemands. De nombreux collaborateurs supposés sont exécutés après un procès sommaire.

Ce n'est qu'après plus d'un mois après la libération de la Belgique que l'état belge prend possession du fort. Cette période est nommée Breendonk II.

Le fort est actuellement un monument national qui est géré par le Pool Historique de la Défense Belge. Ce Pool supervise la gestion des différents sites militaires historiques de la Belgique. Le fort de Breendonk est un des seuls camps de concentration qui est resté intact après la seconde guerre mondiale.

Les écoles qui désirent organiser une visite guidée doivent faire appel à un guide pour la visite. Les visiteurs individuels peuvent utiliser un audioguide.

Links to relevant pages - Liens vers d'autres pages au contenu similaire - Links naar gelijkaardige pagina's