Seraing: HF6
Hauts fournaux de Liège
Liège
Servers » Pictures » Hauts Fourneaux » Lieux » Seraing (2016)

HF6 Seraing


Dépouillé de tous ses accessoires, il est prêt pour la charge d'explosifs.


Il y a encore un peu plus de végétation à Ougrée, mais certains trains circulent encore


Des coils en provenance du laminage à chaud produits à partir de ferrailles.
Les coils seront laminés à froid et produiront de la tôle.


Comparez les photos de 2016 avec les photos de Seraing en 2011 et les photos de Ougrée avec celles de Ougrée en 2012.

Quand vous lirez ces lignes, le haut fourneau 6 de Seraing ne sera plus.

Lors de ma dernière visite en 2011, je disais que tout était calme sur le site de Seraing. Maintenant, on entend continuellement le bruit des scies à métaux, le bruit des marteaux piqueurs, les voitures qui entrent et qui sortent, et ceci même un samedi. Il faut dire que l'indien Mittal a d'autres manières que l'italien Duferco. Ici, tout doit aller vite. Tout abattre —pardon, “déconstruire”— pour rentabiliser le plus rapidement les terrains.

Le haut fourneau HF6 qui était en parfait état de marche (selon les dépèches syndicales de l'époque) en 2011 sera abattu le 29 septembre 2016. Il y a des signes qui ne trompent pas: le gros tuyau qui va du geulard aux pots à poussières a été découpé, et tous les accessoires ont été démontés.

Quand le haut fourneau des Forges de Clabecq a été abattu, j'en ai été malade. Il faut dire qu'à force de le visiter pour tout photographier, c'était un peu devenu "mon" haut fourneau, tout comme c'était celui des travailleurs de Clabecq. Ici, cela me touche aussi, mais ce n'est pas le même effet.

Liège est une belle ville, mais la partie arrière du site, rue de la vieille espérance (quel nom de rue pour le quartier le plus délabré de Liège), c'est vraiment le quart-monde. Je me suis pratiquement fait agresser par une bande de gamins qui me demandaient des sous (ils devaient avoir entre deux et cinq ans). Pour tous vos problèmes de trésorerie, jeunes gens, veuillez prendre contact avec votre mandataire communal, c'est son métier. De plus, il gagne dix fois plus que moi.

Quand Victor Hugo a visité Seraing en 1842, il en est resté ébahi. Partout à flanc de colline des usines, des fourneaux, des gueules qui crachent des étincelles et de la poussière. Malheureusement ce sont toutes des usines installées entre deux quartiers d'habitations. Il y avait très peu de transports en communs à l'époque et il était interessant que les ouvriers habitaient près de l'usine. Tous les transports de marchandises se faisaient par la Meuse.

Mais cette fragmentation de la production a fait que les usines n'ont jamais pu grandir. On a ainsi deux hauts fourneaux situés à quelques km l'un de l'autre, une cokerie un peu plus loin et une aciérie de l'autre coté de la ville. Un bout de minérai doit en faire des kilomètres avant de devenir tôle d'acier!

Quand le haut fourneau a été mis à l'arrêt, les habitants étaient content d'avoir enfin le calme et de pouvoir respirer un air plus pur. Mais quand on marche dans le quartier, c'est vraiment la misère, et la poussière brune est toujours là.

Dans un étalage de la rue Ferrer, on trouve des voitures Wartburg, toutes en provenance des pays de l'Est.

Je ne pouvais pas terminer ma visite de Liège sans passer par le haut fourneau d'Ougrée, également à l'arrêt depuis de nombreuses années, mais il n'est (pas encore) question de démolition --- ou de “déconstruction” pour utiliser un terme plus existentialiste.

Il y a encore parfois des trains qui passent par la voie de chemin de fer sur le site de Ougrée (c'est d'ailleurs par là qu'il est le plus facile d'entrer sur le site).

Des wagons transportent des coils en provenance du laminage à chaud attendent sur le quai. En effet, la seule chose qui tourne encore, c'est la récupération. La ferraille est triée et le fer est fondu à nouveau dans une aciérie électrique. Il permet de faire des produits ronds (ronds à béton, rails), mais également des produits plats de qualité "intermédiaire" (pour faire des boites de conserve). L'acier de récupération est d'une qualité un peu moindre que l'acier fait à partir de nouvelle fonte (il contient trop d'impuretés).

En 2012, j'avais signalé une péniche qui avait coulé dans la Meuse. Et bien, quatre ans plus tard, elle est toujours là. Cela indique bien le dépérissement de toute la régiun.

Photos ci-dessous:

  • 2: il est toujours aussi facile de pénétrer sur le site. Ne pas oublier un casque, des gants et des vêtements de travail pour ne pas se faire remarquer. Mettez votre appareil photo dans une ancienne trousse à outils. Il est possible de photographier pratiquement tout, les travaux se concentrent sur quelques batiments à l'entrée.

  • 4: Mittal Steel est redevenu Cockerill quand on détruit les installations. Sidmar ne s'appelle plus Sidmar, mais ArcelorMittal Gent (et redeviendra Sidmar dès que cà ira mal).

  • 5: même pas de pierre tombale pour le HF6 qui a tant travaillé...

  • 7 et 11: petit magasin où on vend encore des autos de la période du mur de Berlin

  • 8: on voit 4 cowpers à coté du fourneau. Le pot à poussières a été déconnecté du gueulard.

  • 9: typique... (mais pas uniquement pour Seraing)

  • 15: ne vous trompez pas, c'est le HF B de Ougrée

  • 17 et 18: la péniche est toujours au fond de la Meuse au bout de 4 ans.

Links to relevant pages - Liens vers d'autres pages au contenu similaire - Links naar gelijkaardige pagina's