Root » Serveurs » Photoreportages » France » La France moderne
départements Nord/Pas de Calais
La France moderne
Photographie - France


Escalles, dans le Pas de Calais, ...
... Mais la France s'est modernisée. Les promoteurs se sont rendus compte qu'il restait une zone pratiquement vierge dans le Nord de la France. Le Nord est une zone pas encore tout-à-fait recouverte de rocades (échangeurs, on dit chez nous), de zonings industriels et commerciaux, de casse-vitesses et de lotissements produits à la chaine. Une région avec trop de bar-tabacs et trop peu d'Hypermarchés. Gérard Mulliez a eu les mains libres pour combler le vide et ne s'est pas privé: Auchan, Norauto, Leroy-Merlin, Decathlon,... C'est tout de lui.

Les zonings commerciaux sont moches, morts en soirée et le dimanche, les magasins sont tenus par des salariés qui s'enmerdent, il y a du papier gras contre les grillages qui séparent les surfaces de parking et personne qui nettoie car c'est pas leur travail (cela ne servirait d'ailleurs à rien). Il y a des embouteillages le samedi, plus que les embouteillages pour aller travailler en semaine.

Cette bétonnisation a outrance fait des ravages dans d'autres régions: dès qu'il pleut, il y a des innondations, car le sol bétonné ne peut plus absorber la pluie. Plus il y a de lotissements, de parkings et de routes, et moins il y a de paturages, de champs ou de forêts pour absorber l'eau. De plus que ces lotissements sont construits en dehors de tout bon sens, dans des régions facilement innondables. Heureusement encore que le Nord, c'est pratiquement que du sable... En Belgique, cette bétonisation du sol a fait que le niveau de la nappe phréatique a chuté de 100 mètres!

... qui risque de devenir ceci

Ce n'est pas la faute aux français uniquement, de nombreux promoteurs belges (mais aussi de petits indépendants qui ont renifflé la bonne affaire) s'engouffrent dans l'immobilier. Que voulez-vous, avec les taux d'intérêt à zéro et les cours de la bourse incertains, la seule chose qui tourne encore c'est la bétonneuse.

Chaque boût de terrain doit être rempli, si on ne sait plus construire en largeur, on construit en hauteur et tant pis pour le voisin qui a maintenant un bloc de 6 étages et les détritus de 12 appartements dans son jardin.

On construit bon marché pour que sa rapporte plus: les maisons ont à peine plus de confort qu'un cabanon avec un toit en tôle ondulée. Un mobilhome, au moins, il a des roues en dessous.

La mode est aux lotissements (pour les touristes ou pour les résidents): on construit en large sur du terrain qui ne coûte pratiquement rien (puisqu'avant c'était de la nature). Les résidents doivent se taper des heures de route pour aller travailler car évidemment il n'y a rien aux alentours (à part un petit zoning commercial).

Vivre en ville, c'est plus possible, y'a plus de place pour parquer les deux voitures (parce qu'aussi bien madame que monsieur doivent aller travailler pour pouvoir payer le loyer, l'emprunt des bagnoles et la crèche pour les enfants). Vivre en ville, c'est plus possible, la preuve: y'a plus que des bureaux. Les petits commerces ont tous disparus face à la concurrence des MacDo de la malbouffe et des grandes surfaces de banlieue.

Alors qu'il y a 10 ans je pouvais me promener librement dans les dunes du Nord, les passages obligés, les fils de fer barbelé et les pancartes d'interdiction ont fait leur apparition. C'est qu'il faut drainer le flux de touristes pour éviter qu'ils ne détruisent les dunes. Y'a trop de monde, c'est bien simple!

La Belgique vous montre la voie qu'il ne faut surtout pas suivre: du béton sur 5 étages sur la digue, du parking payant partout, des boutiques de fringue (qui changent de propriétaire une fois par an) sur l'avenue principale mais pas de boulanger à 10km à la ronde, des places vides, laides et mornes (où il est interdit de faire du skate-board).

Un exemple à ne pas suivre:
La Panne
(c'est tout juste de l'autre coté de la frontière)

Ce sont les responsables politique locaux qui sans discernement décernent les permis de bâtir. Un petit pot-de-vin par cì, une petite contribution par là et le tour est joué. Les élus locaux s'en foutent que leur commune devienne de plus en plus laide de jour en jour: les revenus des communes diminuent, et plus il y a d'habitants, plus ils pourront taxer et plus ils pourront s'enrichir sur le dos des contribuables. C'est pas eux qui doivent vivre dans des appartements délabrés.

Les résidents, par contre, on s'en fiche. La départementale D940, la route la plus importante est transfigurée par une succession de rond-points, de casse-vitesses, alors que le but de cette route est d'aller le plus rapidement au boulot. Le boulot, c'est à Dunkerque qu'on le trouve, pas dans un lotissement au milieu de nulle part. La D940 est devenue un enfilement de lotissements qui se suivent à la queue leu-leu. Si cela continue, la D940 sera transformée en route de banlieue, reliant un lotissement à un centre commercial à la banlieue d'une ville qui ne fait que grandir.

Les (ir)responsables qui tentent de nous gouverner devraient se rendre compte que l'avenir n'est plus à la voiture. La voiture, c'est l'idéal pour les grandes randonnées, pour les vacances, mais pas pour aller travailler ou faire des emplettes. Actuellement on force les gens à prendre leur voiture parce qu'ils habitent dans un lotissement (avec uniquement des habitations) et qu'ils doivent se rendre au centre commercial situé 10km plus loin. Il faudrait retoourner à la base de la ville ou du village: des habitations, des commerces, des petites entreprises, etc.

Links to relevant pages - Liens vers d'autres pages au contenu similaire - Links naar gelijkaardige pagina's