Val Benoit
Universtié de Liège
Liège
Root » Serveurs » Photos » Belgique » Endroits » Val Benoit

"Le sort des nations qui négligent la science et les savants est marqué pour la décadence"
—Albert I, 1927
(pas Einstein, l'autre)
-

-


DANGER DEFENSE D'ENTRER
Pas la peine de crier, là on a compris.


Institut de chimie et de métallurgie


Institut de mécanique avec toutes les fenètres murées


Le laboratoire de thermodynamique


Le batiment du génie civil, le seul rénové

Le lieu-dit "Val Benoit" éait une ancienne abbaye. Après la première guerre mondiale, l'Université de Liège cherche à s'étendre et achète 8 hectares de terrains. Le site sera dédié aux sciences et aux techniques, comme l'indique encore (à peine visible) un texte sur le mur de l'institut de chimie et de métallurgie. Tous les batiments sont réalisés par des architectes de renom et le style est unique. Les locaux sont adaptés à la fonction avec des grands locaux pour les cours.

Le site dispose également d'une petite centrale électrique qui fournit aussi de la chaleur aux batiments. Le but principal de la centrale n'est pas de fournir du courant à la région: les installations sont trop modestes pour être rentables. Il y a à l'origine deux chaudières à charbon, mais on y ajoutera plus tard une troisième chaudière multi-carburant. Il y a encore des réservoirs de fuel lourd dans les sous-sols. Les réservoirs étaient chauffés par l'eau de refroidissement pour éviter que le fuel lourd ne se fige en hiver. L'énergie électrique produite était utilisée sur le site de l'université, mais chaque batiment avait sa propre batterie d'accumulateurs pour l'éclairage de secours. Les alternateurs fournissaient du 6kV qui était rabaissé dans chaque batiment (on utilisait alors du 110V). Les transfos ont été remplacés dans les années 1960 par des transfos fournissant du 230/400V triphasé.

Finalement les différents services quittent le Val Benoit pour se concentrer sur les terrains de l'Université (campus du Sart-Tilman). Le site est laissé à l'abandon puis repris en partie par la SPI. Il y a partout des installations de video-surveillance, pourtant le terrain même est facilement accessible au pblic (une partie du site est utilisé par le Forem).

La centrale électrique (en fait le laboratoire de thermodynamique) est en très mauvais état avec toutes les vitres brisées. Elle appartient toujours à l'université de Liège mais elle n'est évidemment plus utilisée depuis longtemps. Il y avait beaucoup de matériel, des lampes, etc et tout a été saccagé.

L'institut de chimie et de métallurgie (théoriquement en rénovation) est également en très mauvais état. C'est le batiment situé le plus loin du passage de l'autoroute. Toutes les fenètres sont grillagées, mais il est possible de rentrer dans les batiments via un soupirail, et de là il est possible de passer d'un batiment à l'autre via les couloirs sous-terrains qui relient tous les batiments (ces sous-terrains contenaient les tuyaux pour le transport de l'eau chaude et de l'électricité d'un batiment à l'autre). Attention, les coulours sous-terrains sont à moitié sous eau. Plusieurs vidéos sur Youtube montrent des urbexeurs se promenant dans les différents locaux.

L'institut de mécanique est également en rénovation, mais rien ne se passe. C'est un batiment à l'architecture assez unique avec une cour intérieure. Toutes les fenètres du premier étage ont été murées. Par les temps qui courrent, on n'est plus sûr de rien et il vaut mieux se protéger des photographes urbex...

L'institut de génie civil a été restauré en 2016. C'est très beau, mais malheureusement le batiment n'est pas utilisé un an plus tard.

Les batiments du génie civil et de la mécanique ont un petit air de famille quand on les voit sur photo aérienne: tous les deux batiments ont une double cour intérieure et une allée centrale en diagonale.

Quand je vois le site, je me rends compte comme il aurait été agréable d'y suivre des cours, dans un coin de verdure, non loin de la Meuse, dans de beaux batiments avec toutes les facilités (il y avait même une ligne de trams qui pssait à coté). On a même installé la climatisation, dans les sous-terrains il y avait des tuyaux qui transportaient l'eau réfrigérée en été.

Moi j'ai été à une haute école, un bloc rectangulaire composé d'éléments préconstruits avec de trop grandes fenètres mal orientées, on y est frigorifié en hiver et cuit en été, un long couloir avec des dixaines de classes grises et identiques sur trois étages, un asile de fous, quoi. Et de plus toutes les écoles techniques effectueent une centralisation vers ce genre d'établissement. Jusqu'à ce jour on pouvait suivre des cours d'électronique dans une haute école située sur la digue à Ostende, maintenant tous les cours se donnent dans cette école aux environs de Bruges, dans un bloc moche, laid et dégeulasse parmi des dixaines d'autres blocs tout aussi moches, laids et dégeulasses.

L'institut de mathématiques a été restauré et est utilisé par le Forem (l'agence pour l'emploi en Wallonie). Il y a deux personnes allongées au soleil qui se piquent et qui discutent. Une heure plus tard vers la fin de ma visite, ils semblent couchés sur le sol.

La dernière photo (monochrome) date des années 1970. Toutes les autres photos ont été prises en mars 2017 sur le site de Val Benoit et des environs.

Links to relevant pages - Liens vers d'autres pages au contenu similaire - Links naar gelijkaardige pagina's