Root » Serveurs » Photoreportages » Belgique » Divers » Petrol
Petrol
Antwerpen Zuid
Photographie
-

-


Le but est de faire un nouveau zoning industriel


Mais il n'y a pas de hâte, le batiment à l'arrière plan aurait déjà du être démoli il y a quelques années.


Il y a 30 ans, ceci était une route pavée


Photographe avec luxmètre


Le quai adapté pour les produits pétroliers


Belgium Model Academy
organise différents shootings à Petrol Zuid
En 2018, tous les batiments situés entre la ville et la route du nafte ont été détruits (sauf les batiments encore utilisés), ce qui rend la région bien moins interessante.
Besoin d'endroits hors des chantiers battus
Il faut prévoir des endroits urbex, surtout en Flandre où on ne trouve pratiquement plus d'endroits qui n'aient pas été transformés en blocs d'appartements tristounets, en immeubles de bureau minables, en zone-30 ou en affreux centres commerciaux. Cela se remarque surtout quand on compte le nombre de visiteurs qui va à Doel (un village dont les habitants ont été expulsés), nombre qui ne fait qu'augmenter, malgré la route qui n'est pas des plus aisées. Les gens n'ont pas besoin d'un parc propret, mais d'un site en friche où ils peuvent faire ce qu'ils veulent: de promener, laisser les chiens courrir en liberté, prendre des photos, se coucher dans l'herbe haute,... etc. Même le musée en plein air Verbeke Foundation a un succès croissant.

Petrol Zuid
L'importation de pétrole et de carburants commence au 18e siècle et Anvers devient rapidement le port le plus important d'Europe pour l'importation de produits pétroliers. Au début du 20e siècle, on se rend compte qu'il faut déplacer l'industrie vers une nouvelle zone adaptée située hors de la ville. Une zone est réservée au nord de Hoboken et les premières concessions sont attribuées. Les quais sont adaptés pour le déchargement du pétrole et rapidement toute la zone est utilisée. On ajoute alors des nouveaux lopins de terre à la concession. Les rues portent toutes des noms évocateurs: rue du nafte, chemin de l'essence, route de l'huile, chemin du mazout. Le pétrole importé est stocké mais il n'y a pas de raffineries par manque de place.

Actuellement, la plupart des grandes entreprises ont quitté la région: il n'y a plus d'espace pour encore s'aggrandir. Le déménagement vers de nouveaux terrains a commencé après la seconde guerre mondiale, mais n'a vraiment pris de l'ampleur que vers 1985 quand les grands groupes ont quitté l'endroit. Il reste encore des entreprises actives dans la région et les quais sont encore utilisés.

Les nouveaux tuyaux se mélangent aux anciens. Après une fuite très importante, on a obligé la construction de conduites aériennes. Certaines conduites sont encore utilisées, mais certaines se terminent brusquement au milieu d'un terrain en friche: à cet endroit se trouvait un entrepot de carburant.

On voit très bien qu'on n'a plus fait d'investissements dans la région: les routes sont encore en pavés (et en très mauvais état), certaines routes qui mènent à des entreprises fermées sont recouvertes d'une couche de mousse qui atteint 2 cm. Les voies de chemin de fer sont totalement envahies par la végétation. Il y a bien 30 ans qu'il n'y a plus un train qui est passé sur ces voies. Il n'y a pas de wagons dans la gare de triage. De nombreux batiment ont été barricadés, ce qui réduit fortement la valeur urbex du site. A certains endroits, on sent ecore l'odeur du pétrole.

La région est un mix de batiments cloturés (certains ont une histoire et une architecture unique), de voies de chemin de fer désaffectées, de batiments industriels, de murs pleins de graffiti (Club Petrol). La nature reprend lentement le dessus, un peu comme au Landschaftspark Duisburg. Petroleum Zuid est un endroit pour les amateurs d'archéologie industrielle. Comme tous les sites industriels fortement pollués, il y a une flore spécifique qui s'est installée. Les batiments sont disséminés sur un grand périmètre et plusieurs bureaux ont été vandalisés.

Le site est situé très près du centre-ville et plusieurs batiment ont recu une nouvelle fonction temporaire: un théatre ou une discothèque. Les permis d'exploitation ne sont plus renouvellés, ce qui est la preuve que la ville d'Anvers veut construire du nouveau à cet endroit.

Si les routes sont en mauvais état, il y a par contre une piste cyclable qui suit l'Escaut et qui est très utilisée. Le tunnel de l'autoroute passe sous l'Escaut au nord de Petrol et il y a également un passage poir piétons et cyclistes.

La ville d'Anvers veut rénover la zone et en faire une zone industrielle "de haut niveau". Le nouveau stade de foot d'Anvers (beurk!) y aura également sa place. Les terrains sont fortement contaminés et le sol doit être raclé. Les contrats avec les entreprises locales ne sont plus renouvellés (par exemple la salle Club Petrol qui est un club très connu).

Il faut donc se dépécher si vous voulez encore photographier la région, car les travaux devront commencer en 2017 et alors toute la zone sera interdite d'accès. La partie la plus proche de la ville est déjà la proie aux démollisseurs. Des affiches pour des nouveaux bureaus apparaissent un peu partout.

Photographe
Je tombe sur un photographe. Il travaille encore en argentique et utilise un moyen format. Il tente de me convaincre que son appareil produit de meilleures photos que le mien. Je me suis tu et j'ai continué ma visite des lieux. Quand j'étais jeune, j'ai également travaillé en argentique, c'est d'ailleurs avec un reflex de Pentacon (le seul que je savais me payer) que j'ai appris à photographier. J'ai développé moi-même mes films jusqu'à mon déménagement en 2000. C'est vrai que certaines photos argentiques ont un piqué extraordinaire.

Mais quand j'utilise une optique de l'époque argentique sur un reflex moderne (même un optique considérée comme top à l'époque) je remarque directement qu'il y a eu une nette évolution des optiques depuis les années 1980. Une optique historique ne peut plus être comparée à une optique moderne (que ce soit dans la série des optiques basic ou des optiques haut de gamme). Les optiques de la série "Art" de Sigma dépassent allègrement le niveau des meilleures optiques de l'époque argentique. Les optiques de cette époque donnent un très bon résultat quand les circonstances sont idéales, mais ne sont pas aussi polyvalentes que les optiques modernes qui controlent mieux les déformations, le flare, etc.

Le développement doit lui aussi être réalisé parfaitement pour profiter de la résolution maximale du négatif. La température, le temps dans les bains, la fraicheur et la pureté des produits déterminent le résultat final aussi bien que l'appareil photo. Tu perds en netteté si tu laisse le négatif quelques secondes de trop dans le bain: des produits présents dans certains développateurs (sulfite de sodium) peuvent dissoudre les cristaux d'argent.

Photos
Les photos ont été prises avec un appareil numérique, avec les réglages du contratse et de la saturation au maximum. Ce sont des réglages que j'utilise pour tous les paysages quand il n'y a pas de soleil (ce réglage permet d'augmenter l'accutance des photos). Quand il y a du soleil, ce réglage produit des photos trop contrastées, mais je trouve le résultat très interessant.

J'ai également sur-exposé certaines photos, et puis corrigé à la post production, ce qui donne également un effet délavé que j'aime bien (voir la photo avec les 5 robinets). Le résultat ressemble à une reproduction sur papier lith.

La photo avec les réglages normaux se trouve juste après, mais est-elle vraiment meilleure? Plus savoir sur le paramétrage de l'appareil photo? C'est ici...

Links to relevant pages - Liens vers d'autres pages au contenu similaire - Links naar gelijkaardige pagina's

-