Maison de la métallurgie
et de l'industrie de Liège
MMIL

Historique de la technologie

La maison de la métallurgie et de l'industrie de Liège traite de plusieurs sujets. Chaque sujet reçoit sa salle propre, mais chaque sujet mériterait à lui seul un musée (et un peu plus de visiteurs!)
La métallurgie
La métallurgie est le traitement des minérais pour en extraire des métaux. Le métal le plus utilisé est le fer (sous toutes ses formes): la sidérurgie.

On voit ici l'emballement des technologies qui a conduit à la première révolution industrielle: le remplacement des rivières par la machine à vapeur qui permet d'avoir en permanence une force motrice importante, ce qui permet de produire plus de fer, qui permettra de réaliser plus de machines, etc.

L'électricité
L'électricité donne un coup de pouce supplémentaire à la révolution industrielle. Les machines deviennent plus grandes, la production d'électricité est centralisée, ce qui augmente le rendement tandis que l'utilisation de la force motrice peut être décentralisée pour être adaptée aux besoins.

Expositions temporaires
Le musée contient également des expositions temporaires (mais qui restent assez longtemps en place): l'éclairage et les débuts de l'informatique.
La maison de la Métallurgie et de l'Industrie de Liège: Site officiel

Le musée traite encore d'autres sujets (par exemple les carburants), mais la place qui leur est attribuée est vraiment très limitée. On voit tout au plus quelques appareils: une voiture de sport, une découpe d'un moteur à explosion, etc. Il s'agit vraiment d'une partie anecdotique: on expose ce qu'on a (mais qui n'est pas nécessairement interessant). Un panneau sur la recherche du pétrole, un panneau sur les énergies renouvelables (pour faire bonne mesure ou pour les subsides?), un panneau sur... ah, ben non, t'es déjà dans la salle suivante.

Photo 1:
Cette tour carrée renferme un des premiers hauts fourneaux du monde (1693). Le haut fourneau n'a jamais servi à cet endroit, mais a été reconstruit ici, dans le musée d'une entreprise de laminage, l'usine Espérance-Londoz. A part le musée, il ne reste plus rien de l'usine.

Photo 2:
Le musée (comme bon nombre de musées) se contente de montrer, pas d'expliquer. Les machines sont au centre de la pièce, tandis que les panneaux explicatifs (s'il y en a) sont relègués contre un mur sombre. C'est le cas avec pratiquement tous les musées techniques: c'est comme si les personnes qui doivent rédiger les textes n'ont aucune connaissance technique. On dirait qu'on a peur à parler de technologie dans un musée! (alors que certains panneaux sont fort bien faits)

Si un historien peut parler fort doctement de Clovis et de Charlemagne, qui peut parler d'un redresseur à bain de mercure? C'est trop ancien pour encore être enseigné à l'ecole tchnique (quoi que...), c'est pas assez vieux pour être enseigné dans les cours d'histoire. Si on parle de zinc, c'est pour montrer la baignoire de campagne de Napoléon (tous deux étaient fort petits). La technologie et la science est évacuée pour faire place à l'accessoire et à l'anecdote.

Cela se remarque très bien aux tableaux informatifs: ils sont très complet pour la partie historique (la révolution industrielle, les machines à vapeur,...) mais cela diminue au fur et à mesure que la technologie devient plus récente. Un exemple: on trouve un gros redresseur à bain de mercure qui lui n'a aucun panneau. Or les redresseurs à mercure étaient fort importants dans l'industrie: pour la galvanoplastie, pour les émetteurs de radio, pour faire rouler les trams et les trains, pour le télégraphe et le téléphone,...

Quelques grands noms sont cités (heureusement), mais on aurait pu leur consacrer tout une salle, et non un seul panneau: John Cockerill, Zénobe Gramme, Joseph Jaspar,...

Il existe évidemment des musées scientifiques et techniques où tout est bien expliqué, mais ces musées sont tenus non pas par du personnel normal (genre employé de bureau), mais par d'anciens travailleurs bénévoles. Il s'agit par exemple

Photo 3:
La commande d'une machine outil. Si je me connais assez bien en technologie (pratiquement tous les trucs exposés n'ont plus aucun secret pour moi), par contre je ne pourrais pas vous expliquer comment programmer une machine-outil.

Le musée recèle également une collection hétéroclite de seaux (étrangement tous en plastique), mais n'ayant malheureusement aucun panneau descriptif et judicieusement placés à différents endroits du musée pour récolter l'eau de pluie. Si on n'a pas d'argent, par contre on a des seaux, pour paraphraser une phrase célèbre qu'on trouve dans le musée: “La France n'a pas de pétrole, mais elle a des idées”, une phrase mise à l'honneur après le premier choc pétrolier.

Le manque d'intérêt pour la technologie (et son histoire) est flagrant. Quand je suis passé au musée, j'étais le seul visiteur. Or je suis resté de 14 à 17 heures. Un peuple qui n'est pas interessé par la technologie est condamné à la subir: nous ne fabriquons plus de produits à haute technologie, nous ne faisons que les acheter. Mais avec quel argent? Celui des parents et des grands-parents qui ont durement travaillé dans les mines et les hauts fourneaux?

Si je suis si dur avec ce musée, c'est justement parce que je l'aime bien. Il faut redonner l'intérêt des technologies aux jeunes.

Links to relevant pages - Liens vers d'autres pages au contenu similaire - Links naar gelijkaardige pagina's