Amplificateurs à tubes
L'étage de puissance
EF80

Le tube EF80 était utilisé dans de nombreuses télévisions en 1950 et il y a encore beaucoup de stock de ce tube. Mais peut-il être utilisé dans un ampli audio?
-

-

Dans les années 1950 les fabricants voulaient limiter les coûts et réduire leur inventaire de tubes différents, et le EF80 était l'arme idéale dans cette stratégie. Le tube EF80 est une bonne à tout faire dans de nombreuses télévisions de cette époque. Il était utilisé comme tube HF (uniquement la bande VHF-I), MF (jusqu'à 40MHz) et même comme étage de sortie vidéo. Une télévision pouvait contenir plusieurs EF80: quatre tubes dans la moyenne fréquence, un EF80 comme étage vidéo (parfois remplacé par un ECL80), un EF80 dans la moyenne fréquence audio et parfois un EF80 comme séparateur trame et ligne.

Le EF80 est une pentode à gain élevé, la version avec cut off éloigné (pour controle automatique du gain) est le EF85 beaucoup plus rare. Le tube a été remplacé par les tubes à grille cadre EF184 (gain fixe) et EF183 (pente variable) qui ont de meilleures caractéristiques, puis ces tubes ont à leur tour laissé la place aux tubes combinés triode/pentode genre PCF80 et PCF200.

Contrairement au EF86 utilisé comme préamplificateur audio, ce tube doit travailler avec un courant anodique un peu plus élevé. S'il est utilisé avec un faible courant cathodique il y a risque de formation d'une couche intermédiaire isolante sur la cathode. Ce problème peut survenir avec tous les tubes qui ont une tension de chauffage mais pas de haute tension (amplificateur maintenu en stand-by chaud).

Le tube n'a pas non plus de filament torsadé bifilaire (réduction du ronflement produit par le courant dans le filament) et n'a pas de grille spéciale pour réduire l'effet de microphonie (vibration de la grille sous les chocs avec modulation du courant d'anode). Dans les applications normales de ce tube, ces effets ne jouent pas un rôle important.

Le courant anodique maximal dans le tube est de 10mA avec une haute tension d'environ 200V, ce qui produit une dissipation d'environ 2W (la dissipation anodique maximale du tube est de 2.5W).

Beaucoup d'amateurs ont des stocks de ce tube et ont tenté de l'utiliser comme amplificateur de sortie. C'est possible et on peut obtenir une puissance de 500mW en single ended, ce qui est suffisant pour une écoute normale

A droite un amplificateur de guitare qui utilise un 12AX7 (ECC83) comme déphaseur mullard (ou long tail) et une paire de EF80. Pour égaliser les deux tensions à la sortie du déphaseur mullard, on utilise des résistances d'anode de valeur différente. La contre-réaction a un réglage de présence qu'on retrouve sur les amplificateurs de guitare et qui augmente les fréquences moyennes et élevées. Un effet trop prononcé rend le son criard et il vaut mieux ne pas abuser de ce réglage (à éliminer complètement dans un ampli hifi).

L'étage de puissance est assez normal (sauf qu'on utilise des pentodes destinées aux radio-fréquences) avec cathode commune non découplée. Pour avoir un son hifi il faut que l'ampli travaille alors en classe A, pour la guitare un fonctionnement en classe AB est mieux adapté car il permet une puissance un peu plus élevée.


On a également utilisé ce tube dans l'étage de commande d'un amplificateur de studio (l'amplificateur est fourni sous forme de rack 19 pouces et n'a qu'une seule entrée symmétrique). La puissance de sortie a été limitée à 20W pour avoir un taux de distortion de 0.1%.

Le préamplificateur est un EF86, suivi de deux EF80 en montage mullard. Grâce au courant anodique élevé que ces tubes peuvent fournir, ils sont parfairement à leur place pour commander un étage de puissance. Comme la puissance de sortie a été volontairement limitée, le swing (déviation) sur la grille de commande du tube de puissance ne dépasse pas 12V effectifs (au lieu de 25V si on fait travailler les tubes à leur puissance nominale). Avec son gain élevé une pentode est bien à sa place dans un montage mullard.

Le tube préamplificateur EF86 n'amplifie pas en pratique, il reçoit la contre-réaction sur sa cathode (entrée 500mV, sortie 400mV). Pour éviter que le branchement de haut parleurs ne modifie trop la contre-réaction l'ampli utilise un transformateur de sortie avec bobinage séparé pour la contre réaction. La résistance anodique du tube est basse et le courant dans le tube est relativement élevé.

L'étage déphaseur mullard utilise deux EF80 avec un courant de pratiquement 10mA, très près des limites du tube. Tension alternative sur la grille de commande de 400mV, tension sur la cathode de 200mV. Il faut une tension alternative de moitié sur la cathode du montage mullard pour avoir un fonctionnement correct en déphaseur. La tension de sortie est de 12V effectifs, un gain de 30X. Toute l'amplification en tension est réalisée par cet étage (et l'étage de puissance).

Les deux tubes de puissance ont une polarisation par résistance de cathode commune. Le sweep en sortie est de 170V, moins que le sweep de plus de 300V qu'on obtient quand on fait travailler le tube à sa puissance normale. La tension d'alimentation est d'environ 400V. L'ampli dispose d'une sortie 100V courante à l'époque dans les amplificateurs de sonorisation et les amplificateurs moniteur de studio.

On voit avec ce circuit qu'on a volontairement réduit la puissance de l'ampli au profit d'une distortion moindre.

Links to relevant pages - Liens vers d'autres pages au contenu similaire - Links naar gelijkaardige pagina's

-