Amplificateurs à tubes
L'étage de puissance
6AV6, 6CG7, 6BX7GT

Un petit amplificateur américain. Cet ampli n'a pas de prétentions particulières, c'est simplement pour vous montrer la différence avec des amplificateurs européens. Une différence majeure c'est que chaque tube a un soquet différent: noval 7 pins, noval 9 pins et octal.
-

-

Le tube préamplificateur est un 6AV6, une triode préamplificatrice avec deux diodes de détection (qui ne sont pas utilisées ici). Le facteur d'amplification est de µ = 100, ce qui correspond à l'amplification d'une triode EC(C)83. Le tube EABC80 européen a une triode dont le gain est plus faible (µ = 70) et n'est donc ps équivalent. En pratique l'amplification du 6AV6 est de 50×. Le tube utilise le soquet miniature noval 7 pins. La contre réaction arrive sur la cathode, c'est un système classique.

Le tube déphaseur est une double triode 6CG7 qui a des caractéristiques correspondant au tube ECC82. Un tube équivalent est le 6NS7 plus connu. Ce tube a une dissipation de 5W au total, ce qui permet en principe d'en faire un petit amplificateur push pull.

Bon nombre de doubles triodes ont été développées à l'origine pour permettre une puissance plus élevée dans les postes de radio portables. Un seul tube (double triode en montage push pull) pouvait fournir une puissance de 4W avec un rendement acceptable, tandis que les radios avec un étage single ended n'avaient qu'une faible puissance pour ne pas épuiser trop vite les piles. La puissance dissipée en permanence dans un ampli single ended est toujours le double de la puissance sonore maximale, ce qui n'est pas le cas avec un ampli push pull travaillant en classe AB.

Le déphaseur est un montage long tail avec un potentiomètre dans le circuit anodique pour équilibrer l'amplification (les deux triodes n'amplifient pas autant dans un montage long tail).

L'étage de puissance utilise deux 6BX7GT, chaque tube contient deux triodes qui sont montées en parallèle. Le tube était destiné à la déflection trame des télévisieurs (ce n'est pas vraiment l'idéal, avec deux triodes identiques, tandis que la première triode est utilisée comme oscillateur et la seconde comme étagde de puissance). Le soquet est octal. C'est un tube qui a un facteur d'amplification très faible (µ = 10) mais une forte amplification en courant (S = 7.6mA/V). La dissipation totale maximale est de 12W. La polarisation des tubes de puissance se fait avec une résistance cathodique commune, ce qui oblige un fonctionnement en classe A.

Cet amplificateur peut fournir une puissance de 10W (on n'indique pas le taux de distortion) avec un courant d'environ 50mA. La consommation (haute tension) est de 30W environ, causée par le mauvais rendement des triodes en comparaison des tétrodes ou des pentodes. Si une puissance de 4 à 5W suffit, on peut utiliser un seul tube, puisque l'enveloppe contient deux triodes.

Le redressement se fait avec un tube de type européen, un GZ34 (tension de chauffage de 5V, double diode de puissance, soquet octal). Remarquez les capacités très faibles, qui étaient courantes à l'époque: 20, 40 et 30µF. Le filtrage est amélioré par une self de 6H.

L'inductance d'une self doit toujours être mesurée avec son courant nominal, car l'inductance diminue à cause de la saturation. Les selfs ne peuvent pas être utilisées pour un courant supérieur à celui indiqué, non pas parce qu'il y a un risque de griller le fil, mais parce que la self arrive alors en saturation et ne filtre plus rien.

Publicités - Reklame

-