Amplificateurs à tubes
L'étage de puissance
EL509

On a vu l'apparition de "faux tubes de déflection", c'est à dire des tubes qui ont les caractéristiques des tubes de déflection, mais qui ont une tension de chauffage de 6.3V. Nous parlons ici de la version moderne avec soquet octal. La version EL509 avec soquet magnoval se trouve ici.
-

-


Tube EL509 modernes

Soquet octal

Tubes EL509 modernes avec soquet octal

On trouve également sur le marché des tubes EL509. Il ne s'agit pas de tubes "NOS" (new old stock), mais des tubes de fabrication récente. La caractéristique de ces tubes est le soquet octal au lieu de magnoval et le fait qu'il n'y a plus de contact d'anode sur le haut du tube. Ce tube ressemble au tube EL34 et est vendu comme étant compatible (ce qu'il n'est pas!)

Le fabricant aurait mieux fait d'utiliser le type EL309 (le "3" indique un soquet octal) qui montre mieux les différences avec le tube EL509 d'origine. Il existe un tube EL309 à plus de 125€ pièce au catalogue du fabricant EAR, mais les caractéristiques et le brochage n'est pas publié, ce tube est utilisé comme alternative au PL519 dans un ampli single ended à commande sur la grille écran (mode enhanced triode SE).

Ce type de tube à soquet octal n'a jamais été fabriqué dans la période des télévisions couleurs à lampes à cause du manque du contact anodique (tension de 7000V lors du retour de ligne).

Ce type de tube a été fabriqué bien plus tard pour apporter sur le marché des tubes comparables aux tubes PL509 fort recherchés, mais pouvant fonctionner sur une tension de chauffage de 6.3V. Les tubes octal n'ont pas de connection séparée pour la grille suppresseuse.

Electriquement, les tubes EL509 ont des caractéristiques qui les placent entre les tubes de déflection classique (courant anodique très important avec une tension de plaque relativement basse mais tension de commande sur g1 plus importante) et les tube audio classiques (courant anodique limité mais tension nécessaire pour commander complètement le tube "normale").

Le brochage des EL509 récents est identique à ceux des EL34/KT88, mais il faut utiliser un circuit différent, le montage ultra-linéaire n'est pas recommandé. La tension sur g2 recommandée est de 150V, or elle peut passer à 450V en montage ultra linéaire (tension anodique de 350V plus modulation). On ne peut donc pas remplacer une paire de EL34 par une paire de EL509 (l'inverse n'est pas recommandé non plus).

Tout comme le PL509/PL519, ce tube a une résistance interne assez basse et peut être utilisé dans des montages OTL (output transformatorless). Les tubes originaux qui peuvent travailler avec une tension anodique de 100V et fournir 300mA sont mieux adaptés que le tube nouvelle version qui est un compromis entre deux tubes.

Attention la production de ces tubes ne répond pas à des normes bien définies (comme c'était le cas pour les vrais tubes PL504 et PL509/PL519 qui étaient fabriqués par Philips). Mais je peux vous recommander un fabricant solide dont la qualité est mondialement reconnue: JJ Electronic.

Si vous voulez remplacer une paire de EL34 par une paire de EL509 il faudra tenir compte des caractéristiques suivantes:

  • La puissance disponible est plus importante (30 à 50% selon les paramètres de fonctionnement), mais le sweep (déviation) sur la grille de commande doit être plus grand.

  • La grille g1 doit être polarisée un peu plus négativement (dépend des autres paramètres et du fonctionnement en classe A ou AB)

  • La grille g2 doit avoir une tension plus basse (160V au lieu de 300V) et doit de préférence être stabilisée, le montage ultralinéaire devient problématique

  • Les tubes sont conçus pour un courant anodique maximum de 200mA (au lieu de 100mA maximum pour un EL34)

  • La puissance maximale est déja disponible avec une tension d'alimentation de 250V, et même moins, si l'étage de commande peut faire travailler les tubes de puissance en classe AB2 (grille de commande légèrement positive pendant les pics).

Par rapport aux PL509 ou 6KG6, les tubes EL509 modernes ont également des caractéristiques différentes:

  • Soquet octal au lieu de magnoval
  • Courant anodique maximal de 500mA (il est de 1.4A pour un PL519)
  • Tension en pointe maximale de 700V (elle est de 7kV pour un PL519)

Le courant anodique maximal n'est normalement jamais atteint en fonctionnement normal. Par contre la tension maximale est atteinte quand l'ampli est alimenté en 350V et que le signal alternatif est maximal (350V= auquel se superpose 300V).

Tous les amplificateurs qui utilisent des tubes PL34, PL504, PL509 ou PL519 ne sont pas parfaits. J'ai vu des schémas utilisant des PL509 qui ne tiendraient jamais la route (EAR: Esoteric Audio Research), je n'ai pas publié ce schéma dégeulasse. Les tubes de déflection peuvent facilement être détruits à cause de la dissipation trop élevée. Ces tubes ont une tendance à osciller s'ils ne sont pas controlés comme il faut. L'anode devient rouge, le verre chauffe et devient mou, puis le tube éclate.

Graphiques à droite:
Les caractéristiques de transfer montrent que le courant de la grille écran est pratiquement nul avec une tension de grille de commande très négative. C'est normal, car les spires de la grille écran sont placées dans le prolongement de celles de la grille de controle et il y a donc un effet d'ombre (les électrons sont repoussés par la grille de controle très négative et n'atteignent pas la grille écran). A ce moment le tube a un rendement très élevé, qui ne peut pas être atteint par les pentodes classiques. Mais même dans des circonstances plus défavorables, le courant de g2 reste très faible par rapport au courant anodique (moins de 5%).

Les caractéristiques anodiques montrent que l'amplification diminue au fur et à mesure que la tension de la grille de commande devient plus négative. C'est assez normal, car la tension négative repousse plus les électrons, qui sont ainsi moins influencés par la tension alternative sur la grille. Il faut donc trouver un compromis où la tension de g1 est la plus négative possible (pour avoir un courant de g2 le plus faible possible) mais pas trop, pour avoir une amplification suffisante.

La courbe rouge indique la limite de dissipation maximale continue à ne pas dépasser. Le point de fonctionnement au repos doit se trouver en dessous de la courbe.

Publicités - Reklame

-