Historique de la radio
Quelques exemples de radios
Radio
Root » Serveurs » Electro-ménager » Historique » Audio » Radio » Postes avec FM

La FM fait son apparition fin des années 1950. Il y a de plus en plus d'émetteurs sur la bande AM (les "petites ondes" comme disent les français). Certains pays recoivent trop peu de fréquences pour la taille du pays (l'Allemagne de l'ouest). La FM fait ainsi rapidement son apparition en Allemagne, aux Pays Bas et en Belgique. Il est normal que les récepteurs recoivent aussi ces fréquences.
-

-

Nous utilisons le même code de couleur dans tous les schémas:
  • vert: signal haute fréquence
  • bleu: signal moyenne fréquence
  • rouge: oscillateur
  • jaune: commande automatique du gain (CAG)
  • violet: partie basse fréquence
Cet article fait suite à l'article consacré aux premiers postes de radio d'après la seconde guerre mondiale.

Les émissions en FM utilisent un principe différent qui permet d'éliminer la plus grande partie des parasites (la fréquence de l'émetteur est modulée en fréquence et non plus en amplitude). La bande passante est également étendue: elle passe de 4.5kHz à 18kHz. On peut vraiment parler de haute fidélité.

Mais les émetteurs en FM ont une bande de fréquence beaucoup plus large, de 300kHz, ce qui force lesd émetteurs à travailler à une fréquence beaucoup plus élevée, autrement il n'y aurait de la place que pour quelques émetteurs si on les aurait placé dans la bande AM (500 à 1600kHz).

Pour recevoir les programmes en FM il faut donc un tuner spécifique pour recevoir les fréquences plus élevées et un démodulateur adapté pour décoder les programmes.


Une des premières radios avec la FM

Telefunken AM/FM
Telefunken est une marque allemande qui a collaboré avec les nazis, mais après la guerre, tout est rapidement oublié car l'ennemi c'est maintenant la Russie. Telefunken a des brevets interessants dans de nombreux domaines et notament les applications haute fréquence. Telefunken n'a pas uniquement fabriqué des appareils de radio, mais s'est également occupé de la partie émetteurs.

Ce poste date des années 1950, c'est un des premiers à pouvoir recevoir la FM, qui a été lancé après la seconde guerre mondiale. Il utilise des composants de deux séries, les tubes Ex4 (rimlock plus anciens) et Ex8 (noval).

Le tube haute fréquence FM est un ECC81 (il sera plus tard remplacé par un ECC85 qui était le tube standard de l'étage FM); le fonctionnement est standard.

Le poste peut recevoir trois gammes d'ondes en AM. Le tube utilisé est un ECH81 classique avec une triode oscillatrice et une heptode mélangeuse. L'heptode sert également d'amplificatrice moyenne fréquence en FM.

Le tube moyenne fréquence est un EF41 (remplacé par un EF89 dans les récepteurs un peu plus modernes).

La détection AM et FM est réalisée par les diodes du tube EABC80. La triode sert d'amplificateur basse fréquence.

Le tube de puissance est un EL41, un peu moins puissant que le EL84 qui lui succèdera.

L'indicateur d'accord est un EM35. Une de ses caractéristiques particulières est la double sensibilité: l'indicateur a en effet deux zones lumineuses et utilise deux triodes internes pour générer les tensions de déflection. Ce tube perd assez rapidement sa luminosité.

Le redressement est effectué par un pont de diodes, ce qui permet d'éviter le transformateur à double bobinage.L'indication B250C90 signidie une tension d'alimentation de 250V et un courant maximal de 90mA, l'utilisation d'un condensateur de filtrage est autorisé.

Le circuit basse fréquence a un circuit de contre-réaction qui est plus actif aux basses puissances (volume réduit). On obtient ainsi une réduction des distortions à puissance basse et moyenne sans nécessiter un tube supplémentaire. C'est une soulution qui est utilisée dans de nombreux récepteurs.

A voir le schéma on se rend compte de la simplicité d'un récepteur radio: c'est donc tout à fait normal que de nombreux petits fabricants locals se sont lancés dans la fabrication de postes de radio avant la seconde guerre et après. Plus tard, ces petits fabricants sont passés à la télévision. Tout allait bien jusqu'à l'arrivée de la couleur, qui nécessitait des schémas plus complexes, des tensions plus elevées et des circuits de correction plus nombreux.


1- Radio classique à tubes AM/FM
1- Radio AM/FM
Le récepteur standard des années de gloire de la radio à tubes se compose d'une triode-heptode ECH81. En cas de réception FM, le signal moyenne fréquence est reçu sur la première grille de l'heptode et l'oscillateur local est à l'arrêt.

On utilise une double triode ECC85 pour l'amplification haute fréquence (premier tube). La seconde triode sert d'oscillateur/mélangeur.

Ici également un tube EF89 pour la moyenne fréquence, aussi bien pour la modulation d'amplitude que pour la modulation de fréquence.

La détection est effectuée par un tube EABC80 qui se compose d'une diode simple pour la détection AM, de deux diodes pour le discriminateur FM et d'une triode pour l'amplification audio. L'amplification de puissance est assurée par une pentode EL84.

Ce circuit a encore un petit extra: après détection, le signal audio FM est d'abord amplifié par la triode ECH81 (qui ne sert pas pour la partie haute fréquence en FM). Le signal FM passe ensuite à la triode du tube EABC80.

Certains postes haut de gamme ont un second EF89 et circuits accordés.


1B- Radio à tubes AM/FM à accord automatique
Saba Meersburg Automatic 7
1B- Saba Meersburg Automatic 7
Une radio assez particulière qui utilise deux tubes pour la moyenne fréquence au lieu d'un seul et une pentode au lieu d'une triode pour l'amplification basse fréquence. Por éviter d'avoir une bande passante trop étroite en AM, le second étage est amorti par un pothentiomètre double, la seconde partie du pothentiomètre règle les aigues. Comme une pentode a un gain plus élevé, il est possible d'utiliser un réglage des aigues et des basses plus élaboré monté dans la contre-réaction. Il y a une commutation parole/musique par relais qui commande plus que le réglage de la tonalité.

Par contre, la radio a un accord automatique par moteur. Quand le poste n'est pas bien accordé, il y a un signal qui apparait sur le discriminateur, et celui-ci fait tourner le moteur pour corriger l'accord. Ce système fonctionne aussi bien en AM qu'en FM (il y a 2 circuits accordés dans le descriminateur pour l'accord).

Le signal moyenne fréquence prélevé sur la dernière pentode MF commande via la triode ECL80 le discriminateur d'accord automatique. Le discriminateur se compose de deux diodes, c'est la partie "B" du tube EABC80. Le signal pour le moteur est ensuite amplifié par la pentode ECL80.

Il y a encore une triode EABC80 qui sert a bloquer le bouton de recherche tant qu'un émetteur n'est pas trouvé. La recherche de postes est donc motorisée, et le moteur stoppe automatiquement sur le premier poste trouvé, à ce moment l'accord automatique entre en jeu pour corriger si nécessaire l'accord. Il est également possible de mettre des émetteurs en mémoire (mécanique), quand on pousse sur la présélection, le moteur recherche la fréquence et fait l'accord automatique.

Le controle automatique du gain se fait par un circuit indépendant (CAG retardé) avec une des diodes restantes.

Les tuners (syntoniseurs) sont décrits sur une page séparée. Ce sont des récepteurs sans partie amplification audio.

Publicités - Reklame

-