Electro-ménager
La fin d'une époque
Syndicat
Root » Serveurs » Electro » Renvoyé » le syndicat

Il y a 25 ans environ, quand j'ai commencé à travailler, je me suis syndiqué. Pas pour aller manifester ni pour devenir militant syndicaliste, simplement comme une sorte d'assurance. Touring Secours en quelque sorte, mais pour les pannes d'emploi.


La fin d'une époque

Le syndicat est là quand cà va mal. Ils m'ont bien acceuilli, petit café à chaque fois (“I don't drink coffee I take tea, my dear”). Comment cà? Renvoyé parce que vous êtes trop agé? Pleine de compassion, la dame du guichet (qui parle toutes les langues: flamand pour les régionnaux, néerlandais pour les flamands hors de la région, français, anglais, russe, la langue des signes et un peu de chinois) m'aide à me retrouver parmi la paperasse que j'aurais à remplir dans les jours qui suivent.

J'ai mis u t-shirt rouge, mais cela fonctionne aussi avec un t-shirt vert ou bleu (la dame du guichet est peut-être daltonienne). Comme complément d'enquête, je dois encore essayer avec un t-shirt jaune et une chemise brune (et me mettre une fausse moustache).

Eh, oui, être renvoyé, c'est un travail à temps plein: remplir tous les documents officiels, et puis surtout: acheter un nouveau costard et aller se présenter à gauche et à droite. Tout en continuant mon emploi normal (que j'effectuerai jusqu'au dernier jour). Evidemment, pour les chomeurs professionnels, l'activité du jour se limite à ne rien faire, une fois que tous les documents sont remplis.

Le syndicat te permet également de suivre une formation, de recevoir une orientation professionnelle ou d'être aidé pendant la recherche d'un nouvel emploi (c'est possible en Flandre, aucune idée si c'est également le cas en Wallonie, faudrait demander chez vous). Ils corrigent ma lettre de motivation et mon CV (les fautes, ce sont toujours les autres qui les voyent en premier). J'ai évidemment profité de ce qui m'était offert (c'est remboursé par la sécu).

L'orientation professionnelle est importante, car tout a changé dans le paysage professionnel pendant mon emploi précédent (l'internet n'existait même pas...). Je sais faire un peu de tout et j'ai touché à tout: réparer des appareils électro-ménager, faire des sites web, la programmation en PowerBasic, l'asservissement (la régulation PID, les boucles ouvertes et fermées,...), la réalisation de portfolios de modèles, la photographie pour des entreprises, la réalisation de brochures, donner des cours,... Mais si je publie cela tel quel dans mon CV, c'est comme si j'étais un bon-à-rien.

Le syndicat est souvent au courant d'offres d'emploi, bien avant qu'elles ne sont publiées (via des militants au sein de l'emtreprise qui embauche: ils ont évidemment tout intérêt à avoir le plus d'affiliés dans l'entreprise). En ce qui concerne la recherche d'un emploi, il est important d'être le premier sur le coup, car le nombre de places disponibles est très limité. Il arrive que l'annonce ne soit même pas publiée, si l'entreprise trouve un candidat valable. Lors de l'entretien d'embauche, il ne faut évidemment pas venir dire que vous avez trouvé l'offre d'emploi via un délégué syndical, car le patron, lui, n'aime pas vraiment les syndicats.

Donc en plus de mon travail normal, j'ai suivi une orientation professionnelle, j'ai été me présenter à gauche et à droite. Même si les premiers entretiens d'embauche n'ont abouti à rien, ils m'ont permi d'améliorer ma technique (je n'ai jamais eu à solliciter un emploi). Dès mon avis de licenciement j'ai travaillé sans relâche et sans un seul jour de repos. Mais cela a rapporté, puisque j'ai un nouvel emploi. Je n'ai "profité" du chômage que pendant moins de 15 jours, et j'ai eu un nouvel emploi.

Links to relevant pages - Liens vers d'autres pages au contenu similaire - Links naar gelijkaardige pagina's