Moteurs
moteur asynchrone ou à induction
Electricité
Root » Serveurs » Electro » Electricité » Moteurs » Asynchrone

Le moteur asynchrone est le type de moteur le plus utilisé, principalement dans l'industrie. Il existen en plusieurs versions, dont certaines sont moins utilisées actuellement.
-

-


Moteur asynchrone classique


Moteur asynchrone à rotor bobiné

Moteur asynchrone
Le moteur asynchrone à cage d'écureuil est le moteur le plus utilisé. On l'appelle également moteur à induction. Il fonctionne normalement sur du triphasé car il a besoin d'un champ tournant, mais il est possible de réaliser ce champ tournant avec des subterfuges. Les moteurs suivant sont également basés sur le moteur asynchrone.

Moteur dahlander
Le moteur dahlander est une version spéciale du moteur asynchrone qui peut tourner à deux vitesses. Il ne s'agit pas de deux moteurs en un seul, mais d'un moteur dont on modifie le branchement. Le moteur dahlander utilise le fait que le rotor n'a pas de pôles intrinsèques pour modifier le nombre de pôles du stator, on appelle le moteur Dahlander également moteur à commutation de pôles. Un grand avantage du moteur, c'est que tous les bobinages sont utilisés à la petite et à la grande vitesse.

Moteur à cage bobinée
On peut réduire l'appel de courant très important d'un moteur à cage d'écureuil en utilisant un montage triangle/delta, mais ce montage réduit également le couple disponible et n'est utilisable que pour les moteurs qui démarrent à vide. Pour réduire cet inconvénient, on a construit des moteurs à cage bobinée dont on modifie la résistance.

Le moteur Scherbius permet de récupérer l'énergie qui serait autrement perdue dans les résistances du rotor. Il était utilisé pour les grandes puissances et permettait un réglage de la vitesse de rotation.

On utilise actuellement un variateur de vitesse avec un moteur asynchrone classique, ce qui permet à la fois d'avoir un couple de démarrage progressif, une vitesse variable, un rendement élevé et une bonne fiabilité: le moteur à cage bobinée, c'est donc surtout de l'histoire.

Le branchement d'un moteur asynchrone triphasé sur le réseau monophasé est montré ici (montage steinmetz).

Le glissement du moteur à induction

Un moteur asynchrone a toujours un glissement, contrairement à un moteur synchrone. C'est le glissement qui produit le champ rotorique. C'est donc une caractéristique propre au moteur à induction.

Pour se rendre compte de ce glissement, il faut alimenter le moteur en continu (le champ tournant est alors fixe). On utilisera environ 24V continu pour un moteur 240V, une phase au positif et les deux autres phases a négatif. La tension plus basse est nécessaire, car il ne faut pas établir un champ magnétique variable: le courant n'est limité que par la résistance ohmique des bobinages et pas par la self-induction du bobinage statorique.

Quand on branche le courant continu, il devient très difficile de faire tourner le moteur, mais en comparaison d'un moteur synchrone, le moteur ne se bloque pas dans une certaine position. La force de freinage croit linéairement avec la vitesse de rotation du moteur (et avec la tension appliquée).

On utilise cette possibilité pour freiner un moteur asynchrone de façon progressive et proportionelle au courant dans le bobinage. Contrairement à un frein mécanique, il n'y a pas d'usure mécanique (plaquettes de frein). Un tel type de freinage a également été utilisé dans certains poids lourds.

Quand on alimente le moteur en alternatif (à champ tournant), la force de freinage devient une force motrice.

Links to relevant pages - Liens vers d'autres pages au contenu similaire - Links naar gelijkaardige pagina's

-