Formater une partition
ou une carte de mémoire flash
Formater
Une fois que les partitions ont été crées, il faut formater chaque partition avant de pouvoir l'utiliser.
L'opération de formatage transforme une partition en volume.
-

-

F o r m a t

Il existe plusieurs formes de formatage.
Low level
Le formatage low level efface tout ce qui pourrait se trouver sur le disque (y compris les informations techniques pour le suivi des pistes). Les premiers disques durs (avec controller externe genre MFM ou RLL et moteur pas-à-pas pour changer de piste) pouvaient être formatés à bas niveau avec un programme spécial (voir historique des disques durs). Le formatage low level permet de modifier l'organisation du disque (nombre de secteurs par piste et entrelacage). Seul les disquettes sont encore formatés low level.

Le formatage low level agit au niveau du disque et était effectué avant la création de partitions (les disquettes n'ont pas de partition et le formatage crée en une fois le volume). Les formes de formatage suivant sont effectuées sur des partitions (des parties du disque dur) et y créent des volumes (des entitées logiques accessible par le système de fichiers).

Formatage lent
Le formatage lent efface tout le contenu de la partition, sans modifier les informations techniques (adresse des blocs, etc). Le formatage lent écrit une série de zéros dans chaque bloc, et puis écrit les structures de base. Il est recommandé d'effectuer un formatage lent quand on utilise un disque pour la première fois: automatiquement on teste ainsi si chaque bloc est accessible. L'électronique du disque dur met automatiquement les blocs défectueux hors-fonction et les remplace par des blocs de réserve (sans que le système d'exploitation ne le remarque).

Formatage rapide
Lors du formatage rapide, on écrit simplement les structures de base du système de fichiers: le répertoire de base et les structures techniques comme le FAT. Un formatage lent est toujours suivi (automatiquement) par un formatage rapide. Le formatage rapide n'efface pas les données sur le disque (sauf si elles se trouvent à la place des nouvelles structures).

Cartes de mémoire

Les cartes de mémoire (compact flash, memory stick, smartmedia et autres clefs USB) sont souvent formatées en usine.

On recommande de (re)formater les cartes de mémoire dans l'appareil qui va les utiliser (c'est surtout le cas pour les appareils photos). L'appareil dispose d'un firmware parfois simplifié qui ne permet pas toutes les fonctions dont le format dispose. Le cas le plus connu est la gestion des noms longs (qui est en fait une patente Microsoft): l'appareil va flipper si un répertoire contient un nom de fichier long (plus long que la norme "8.3"). De plus, certains appareils utilisent une version différente de FAT (FAT-32 au lieu de FAT-16 ou inversément).

Le système d'exploitation Windows choisi lui-même le format qu'il utilisera. Le format FAT est idéal car la fragmentation des fichiers que ce format produit ne joue pas un rôle d'importance. La capacité des cartes flash est réduite et les limites du système d'organisation FAT n'apparaissent pas.

L'organisation FAT n'utilise que peu de structures: des répertoires et un FAT. L'écriture d'un fichier s'effectue donc avec peu d'opérations supplémentaires: c'est important, car les cartes flash sont très lentes en écriture et n'aiment pas ces opérations.

Le format FAT a un inconvénient de taille, et c'est justement la taille maximale des fichiers, qui est de 4GB. Il n'est donc pas possible de transférer un fichier ISO (la copie d'un DVD) d'un ordinateur à un autre via une clef USB, même si la clef dispose de suffisamment de place. Un autre type de fichier qui peut devenir très grand est le fichier de sauvegarde (fichier bkf).

Il aurait pu être interessant de formater le stick de mémoire au format NTFS, mais c'est pas possible: Bill a choisi à ta place. C'est FAT et rien d'autre!

Il est par contre possible de formater la carte dans n'importe format que tu veux sous Unix (Ubuntu): FAT-16 et FAT-32, NTFS, EXT (le format propre de Linux),... Le comble est qu'une fois la carte formatés au format NTFS dans un ordinateur Linux, elle peut être utilisée sans problème dans tous les ordinateurs Windows (à partir de windows 2000). Il s'agit simplement d'une limite que Bill a imposé arbitrairement.

L'inverse est aussi le cas: il est impossible de formater un disque dur dans un autre format que NTFS (alors que les disques durs SSD préfèrent le format FAT). Tu formates le disque en FAT-32 sous Ubuntu et puis tu l'utilises sous windows. Problème résolu.

Si tu utilise le format EXT, utilise la version EXT-2 pour les cartes de mémoire. Cette version est simplifiée (moins de structures) et est donc idéale pour les cartes flash. Evidemment, une telle carte ne peut être lue que sous Ubuntu.

Links to relevant pages - Liens vers d'autres pages au contenu similaire - Links naar gelijkaardige pagina's