Celestron
handheld digital microscope
Microscope numérique
Root » Serveurs » Electro-ménager » Audio-vidéo » Microscope numérique

La macro-photographie est la photographie d'objets d'environ 1cm (aussi grands que le capteur de l'appareil photo). Cela peut se faire avec certains APN équipés d'une fonction macro (généralement assez limitée), avec une optique spécialisée pour la macro comme la Canon EF 100 ƒ/2.8 MACRO USM ou avec un bague macro. Pour photographier des objets plus petits, la fonction macro ne suffit plus.
-

-

Caractéristiques


Emballage


Préparation pour les photos de ce test


Canon EF 100 ƒ/2.8 MACRO USM


Celestron, même positionnement que l'optique Canon


Mise au point sur la tête supérieure (dirigée vers le bas)


Mise au point sur la tête inférieure (le petit bloc noir)


Agrandissement maximal


Celestron


Canon EF 100 MACRO

Le "Celestron handheld digital microscope" se branche directement sur l'ordinateur via le port USB. Il ne faut rien de plus car l'alimentation provient de l'ordinateur. L'appareil ne fonctionne pas sans cette connection.

Eclairage par dels ”blancs“

L'appareil dispose de quelques dels blancs et n'est pas adapté pour la photographie par transparance (il existe d'autres versions de l'appareil). Les dels blancs donnent un rendu des couleurs désastreux. Un del blanc est en fait un del bleu équipé d'une couche de phosphore qui transforme une partie de la lumière bleue en lumière jaune. Nos yeux voient une teinte blanche, mais en fait le spectre lumineux est très mauvais: il y a du bleu et du jaune, mais très peu d'autres teintes. Les dels blanches ont rendu l'appareil daltonien.

Agrandissement 10× - 150×

L'agrandissement est interessant. Un agrandissement de plus de 100 fois est inutile si l'appareil n'est pas monté sur un pied solide. Passé un agrandissement de 40× l'image perd en contraste et en netteté, un signe que les limites de l'optique sont atteintes: aller plus loin n'a aucun sens: l'image devient plus grande, mais il n'y a pas plus de détails.

Le fonctionnement est simple: on règle l'agrandissement voulu et on fait la mise au point en déplaçant l'objet à photographier. L'anneau translucide limite l'agrandissement à 40×. On peut enlever l'anneau pour photographier des objets en relief.

Partie optique

Le point faible de ce système est la partie photographique. Le capteur utilisé a une résolution de 1280 * 1024 pixels, ce qui n'est vraiment pas beaucoup. On utilise les même capteurs dans les smartphones! La résolution est moins bonne que celle d'un APN d'il y a 15 ans! On peut imprimer sur papier à du 10 × 15 cm (format carte postale), mais pas plus. Tous les écrans d'ordinateur ont une résolution bien meilleure que ce que ne propose ce microscope numérique.

La partie caméra peut filmer, mais la résolution chute encore plus (mode VGA, donc 640 × 480 pixels).

L'image en temps réel est également limitée à cette résolution, ce qui rend la mise au point hasardeuse. On essaie et on recommence si l'image n'est pas nette.

Prendre une photo est aisé: il suffit d'appuyer sur un bouton sur l'appareil photo (le seul bouton, en fait).

Le capteur très petit permet heureusement une profondeur de champ acceptable.

Le rendu des couleurs est correct pour un appareil photo (utilisé pour la comparaison), mais mauvais pour le microscope numérique.

En pratique

Je compare les photos avec celles prises avec une optique spécialisée MACRO. On a utilisé un flash externe équipé d'un diffuseur pour obtenir une profondeur de champ acceptable (ƒ/16). Le flash qui est pourtant monté tout près de l'objet à photographier doit flasher à 50% de sa puissance maximale (Speedlite 580EX).

Les photos nous montrent le bras de positionnement des têtes d'un disque dur. En fonctionnement normal, les têtes survolent les plateaux, maintenues à la bonne hauteur par un coussin d'air produit par la rotation rapide des plateaux. Quand on coupe le courant, les têtes sont retirées vers l'extérieur du disque et sont parquées sur une rampe. Il n'y a alors plus aucun risque que les têtes ne touchent les plateaux.

Problèmes avec le Celestron

Il faut s'approcher très près d'un objet avec le Celestron, mais le gain qui aurait pû être réalisé est perdu par la mauvaise résolution du capteur. Le Canon donne une image plus détaillée, ou, si on veut garder la même résolution optique, donne une vue plus générale. Le Canon donne une bonne vue d'ensemble bien détaillée.

L'optique utilisée est de mauvaise qualité et les images ne sont jamais très nettes. L'optique est en fait un simple plastique sans coating. Il y a peu d'aberrations chromatiques, mais cela est dû au fait que la lumière produite est limitée en fréquence.

Le Celestron n'est pas en mesure de rendre la dynamique d'une image normale, même avec une optique pas fameuse qui réduit le contraste. Une partie disparait dans le bruit de fond et une partie est sur-exposée, et pourtant l'image est peu contrastée. Le mauvais éclairage provient également des dels montées très près de l'objectif et qui produisent de réflections internes.

Il n'y a pas de compensation de l'exposition: l'appareil est tout automatique. La seule solution est de placer un papier blanc ou noir derrière l'objet à photographier pour corriger un peu le rendu des tons clairs ou foncés (au détriment des tons foncés ou clairs).

Il faut placer le microscope très près de l'objet à photographier pour un agrandissement important, ce qui limite la photographie aux objets pratiquement plats. Certains éléments partiellement en retrait (les têtes d'un disque dur) forment un sujet difficile à photographier. Cela est aussi le cas avec les APN avec fonction MACRO, mais ces appareils ne sont pas développés spécifiquement pour la macro-photographie.

L'image en temps réel ne permet pas de déterminer le plan focussé. Il n'est donc pas possible de savoir si l'objet est bien net. La seule solution est d'utiliser un pied très solide et de faire un micro-focus (déplacer l'objet d'un demi-millimètre entre chaque photo).

Quand on utilise un agrandissement moins inportant, les dels produisent des réflections sur l'objet à photographier. Il faut obligatoirement tenir l'appareil en oblique par rapport aux parties planes si on veut éviter les reflets des lampes.

Il n'est pas possible de photographier des préparations microscopiques traditionelles (vues par transparance), car il n'est pas possible d'éteindre les dels.

Points positifs

C'est un investissement minimal en comparaison d'une optique macro spécialisée. L'image est acceptable aux agrandissement limités. C'est l'idéal pour initier le fiston ou la fille aux joies de la micro-photographie sans devoir dépenser de trop. La connection à l'ordinateur est très simple et fonctionne directement.

A l'agrandissement maximal, l'appareil photographie en plein champ des objets de 3mm. Un agrandissement plus grand n'est pas possible en pratique.

Conclusion

Ce microscope n'est pas un appareil de haute qualité. Il y a trop de points négatifs. Son bas prix est son seul avantage: à ce prix là, il n'y a pas d'alternatives.

Il s'agit d'un produit sans indication de type, et il est possible que le lot suivant soit totalement différent.

Il existe des variantes: un appareil avec écran LCD et fente pour une carte de mémoire (mais sans connection USB). Le capteur a une résolution meilleure (2 megapixels), mais je ne sais pas si c'est une amélioration, car il n'est absolument pas possible de controler la mise au point sur l'écran LCD.

Un troisième type est un microscope avec source lumineuse séparée. Ici, il est donc possible d'observer des préparations par transparance.

Les deux dernières photos sont les têtes d'un lecteur de disquettes ZIP.

Un conseil: les types disponibles changent régulièrement. Regardez les annonces sur cette page. Ma régie publicitaire devrait fournir automatiquement des réclames adaptées.

Links to relevant pages - Liens vers d'autres pages au contenu similaire - Links naar gelijkaardige pagina's